Aller au contenu principal

Zones vulnérables
La Fnsea 79 demande une révision de la zone vulnérable sur une partie de la Gâtine

La Fnsea 79 demande la révision du zonage en retirant une partie de la Gâtine, cette dernière affichant des taux de nitrates bien inférieurs à la norme.

Actuellement, la totalité du  département des Deux-Sèvres est classée en zone vulnérable. Ainsi les différents arrêtés qui se sont succédé  jusque-là ont toujours été appliqués par l’ensemble des agriculteurs du département avec des contraintes plus ou moins fortes en fonction des zonages (bassins d’alimentation de captage, zone d’action complémentaire et reste du département).
La mise en place, en septembre prochain, d’un nouvel arrêté national imposera une révision de l’ensemble des zones vulnérable du territoire français. Ainsi deux réunions ont eu lieu les 3 et 4 juillet à la DDT 79. La première présentait le bilan de la 3e campagne du 4e programme d’action zone vulnérable ainsi qu’un point sur le 5e programme à venir. Ce dernier sera partiellement mis en place en septembre prochain en ce qui concerne le calendrier d’épandage notamment. Cet arrêté est national et viendra compléter l’arrêté départemental déjà en place. Pour rappel, à partir de cet été, l’ensemble du département devra gérer ses intercultures via des repousses ou des Cipan.
La seconde réunion, plus formelle, avait pour objectif de présenter et valider la cartographie des zones vulnérables en Deux-Sèvres. Le département étant déjà entièrement recouvert par des zones vulnérables, la Fnsea  79 porte donc la demande de révision de ce zonage en retirant une partie de la Gâtine. En effet cette dernière montre des taux de nitrates bien inférieurs à la norme (environ 20 mg/l contre une norme de 50 mg/l) et ne justifie pas une application de ces contraintes.
Un courrier de réclamation a donc été rédigé à l’attention de Pierre Lambert, préfet des Deux Sèvres (lire un extrait en encadré).       
Extrait
« [...] La profession reconnaît la nécessité de poursuivre les efforts pour améliorer la qualité de l’eau, mais pour certaines zones et notamment la Gâtine, la qualité des eaux montre depuis plusieurs années des taux bien au-dessous du seuil exigé. Ce secteur du département n’a aucune justification à rester en zone vulnérable.
De plus, pour répondre à la réglementation, les exploitations se sont mises aux normes avec des conséquences souvent lourdes pour les trésoreries. La révision prochaine de la directive nitrate, de par son nouveau calendrier d’interdiction d’épandage, engendrera la nécessité de capacités de stockage supérieures à celles disponibles.
Un nouvel aménagement des exploitations ne sera pas supportable financièrement pour un grand nombre d’éleveurs. Face à cette situation, beaucoup feront le choix d’abandonner les animaux pour ne conserver que les cultures [...] »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Influenza Aviaire, Deux-Sèvres, Augé
Grippe aviaire : le sud-ouest des Deux-Sèvres concerné par des mesures de prévention
Le virus hautement pathogène H5N8 a été détecté le 20 octobre sur deux cygnes tuberculés aux Pays-Bas. Pour limiter les risques d…
La Caveb veut rester un acteur majeur de la viande rouge
Lors du point presse précédent son assemblée générale, le mercredi 30 septembre, la coopérative agricole de Châtillon-sur-Thouet…
Manifestation de Bassines non merci en opposition au projet de réserves des la Sèvre niortaise.
La transition agroécologique, l’enjeu des réserves de substitution
Partisans et opposants parlent de la nécessaire transition agro-écologique. Pour les premiers les réserves de substitutions sont…
À 50 ans, la Corel affiche sa bonne santé commerciale
La coopérative d’élevage a tenu son assemblée générale le jeudi 24 septembre. Avec un nouveau directeur et un nouveau président,…
Plombier, il arrête tout pour reprendre la ferme de son père
Mathieu Moreau, plombier chauffagiste depuis quinze ans, a eu un déclic pendant le confinement : c’est peut-être à lui de…
Charolais, Julien Bonnet
Concourir pour promouvoir la race charolaise : mais pas à Bressuire cette année
La nouvelle vient de tomber. Les Conviviales d'automne n'auront pas lieu en 2020. La covid-19 aura eu raison de cet évènement qui…
Publicité