Aller au contenu principal

Prix du lait
La Fnsea demande l’application des États généraux de l’alimentation

Arrêter la course au prix bas, c’est la revendication des responsables syndicaux engagés dans les négociations commerciales avec les coopérateurs. Entre EGAlim et AOP, la plus-value ne doit plus se fait attendre.

La Fnsea et les 79 ont rencontré les opérateurs pour parler valorisation du lait.
© V.M.

Depuis plusieurs mois maintenant, les indicateurs de coûts de production du Cniel sont reconnus et validés, y compris par les instances européennes. La FNPL a initié dans son réseau une série de rencontres avec les coopératives laitières dans un premier temps pour présenter le « prix conforme », c’est-à-dire le prix attendu par les producteurs qui tient compte des indicateurs du Cniel et du mix produit de l’entreprise. Ce prix conforme a été fixé par la FNPL, en fonction des trois indicateurs interprofessionnels reconnus, à 352 € les 1 000 litres sur le 1er trimestre pour le mix produits de la laiterie France (60 % sur le marché intérieur, 20 % de produit de grande consommation export et 20 % de produits industriels exports).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Publicité