Aller au contenu principal

Fnsea79
La Fnsea79 et les JA rappellent l’Etat à ses engagements

Le conseil d’administration de la Fnsea 79 s’est réuni le 3 mai dernier. A l’ordre du jour, notamment : la rencontre avec le sous-préfet de Parthenay.

Patrice Coutin et Benoît Vignaud à l’issue de leur échange avec le sous-préfet de Parthenay.
Patrice Coutin et Benoît Vignaud à l’issue de leur échange avec le sous-préfet de Parthenay.
© DR

« A l’heure où l’Etat préconise la contractualisation dans les filières, il serait bon qu’il respecte les contrats qu’il a passés  avec les agriculteurs », fait remarquer le conseil d’administration de la Fnsea79. Qu’il s’agisse des mesures agro-environnementales rotationnelle ou territoriale, ou encore de la prime herbagère agro environnementale (Phae), les retards de paiement s’accumulent, devenant insupportables pour les agriculteurs. Les problèmes de trésorerie se multiplient, dans un contexte économique déjà tendu. Certains commencent à perdre confiance en l’Etat et ses promesses. Aussi, pour rappeler aux pouvoirs publics leurs engagements, les représentants de la Fnsea 79 et des JA des Deux-Sèvres ont rencontré le sous-préfet de Parthenay, mardi 3 mai. Un échange qui aura duré 45 minutes. Plus tard dans la soirée, le président Patrice Coutin a dressé un bilan de cette rencontre devant le conseil d’administration de la Fnsea79, réuni à Parthenay. S’il a bien eu le sentiment d’être écouté, certaines interrogations demeurent. « Concernant les mesures agro environnementales (MAE) territoriales, les agriculteurs qui ont signé des contrats en mai 2010 n’ont toujours pas été payés, alors qu’ils devaient l’être, au plus tard, au premier trimestre 2011 », explique-t-il. Idem pour la MAE rotationnelle, les exploitants ayant contracté en 2010 n’ont à ce jour encore reçu aucun versement. L’Etat met aussi en avant des problèmes informatiques pour expliquer un retard de paiement de six mois concernant des dossiers de Phae. Au sujet de l’aide sécheresse de 2010, les comptes n’y sont pas non plus. « Sur les six millions d’euros destinés au département, seulement 1,6 million  d’euros ont pu être versés aux agriculteurs », regrette Patrice Coutin. Il a ainsi été demandé d’avancer le calendrier concernant la distribution de l’enveloppe restante.Enfin, d’autres sujets ont pu être abordés au cours de l’entretien. « Comme l’année dernière, nous avons demandé une dérogation pour faucher les jachères, relate le président de la Fnsea79. Mais il faut que nous obtenions cette autorisation plus rapidement, avant le début de la période d’interdiction. » Dernier point évoqué avec le sous-préfet, les représentants syndicaux ont rappelé leur attachement au projet de porcherie collective dans le Thouarsais.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Influenza Aviaire, Deux-Sèvres, Augé
Grippe aviaire : le sud-ouest des Deux-Sèvres concerné par des mesures de prévention
Le virus hautement pathogène H5N8 a été détecté le 20 octobre sur deux cygnes tuberculés aux Pays-Bas. Pour limiter les risques d…
La Caveb veut rester un acteur majeur de la viande rouge
Lors du point presse précédent son assemblée générale, le mercredi 30 septembre, la coopérative agricole de Châtillon-sur-Thouet…
Manifestation de Bassines non merci en opposition au projet de réserves des la Sèvre niortaise.
La transition agroécologique, l’enjeu des réserves de substitution
Partisans et opposants parlent de la nécessaire transition agro-écologique. Pour les premiers les réserves de substitutions sont…
Capr'inov, un salon à huis clos

Pas de public, pas d’exposant. C’est une édition spéciale de Capr’inov que l’équipe du salon de la chèvre est contrainte d’…

À 50 ans, la Corel affiche sa bonne santé commerciale
La coopérative d’élevage a tenu son assemblée générale le jeudi 24 septembre. Avec un nouveau directeur et un nouveau président,…
Plombier, il arrête tout pour reprendre la ferme de son père
Mathieu Moreau, plombier chauffagiste depuis quinze ans, a eu un déclic pendant le confinement : c’est peut-être à lui de…
Publicité