Aller au contenu principal
Font Size

La force du groupe pour structurer le syndicalisme jeune

Loin de baisser les bras, les Jeunes Agriculteurs n’ont pas perdu de leur motivation pour défendre leur métier, même quand les difficultés s’accumulent. Leur atout : la force du groupe pour échanger, comme dans un groupe d’amis.

Pour Julien Chartier (au premier rang à gauche), l’action syndicale fait un tout avec le groupe pour échanger, penser à autre chose, évacuer le stress.
Pour Julien Chartier (au premier rang à gauche), l’action syndicale fait un tout avec le groupe pour échanger, penser à autre chose, évacuer le stress.
© G.R.

«Il faut continuer à défendre notre métier, avoir la rage de vaincre ». En énumérant les actions auxquelles les jeunes ont participé tout au long de l’année écoulée, Julien Chartier président des Jeunes Agriculteurs, pointait les grandes surfaces « qui cherchent toujours des prix bas » et les transformateurs qui « avec leurs beaux discours nous disent de nous remettre en question ».
Devant les adhérents de la structure qu’il préside, il a rappelé que « notre seul but est de défendre les jeunes et l’avenir de notre métier ». Avec des outils bien connus. « Quant à un moment, on a l’impression de ne pas être écouté, on se doit d’agir », poursuivait-il. Et les occasions n’ont pas manqué depuis un an : blocage du site de Champdeniers pendant trois jours, en janvier, de la nationale 10 aux Maisons blanches, et des rencontres en tout genre comme avec la ministre de l’écologie, Ségolène Royal, en février.
Plus tard, les jeunes ont manifesté parce que « les éleveurs de viande ont encore du mal à équilibrer leurs comptes » et que « les producteurs de lait sont pris entre les transformateurs et les distributeurs ». Quand ce n’est pas avec l’administration, « qui n’arrive toujours pas à solder les versements de la Pac 2015 », ou le dossier des zones défavorisées (lire page 4), « malgré le soutien des politiques et de la DDT ».

Les jeunes agriculteurs en viennent à s’interroger sur l’importance que peut représenter l’agriculture, « deuxième force économique du pays », pour les politiques. « Bien sûr, avec le Salon de l’agriculture, le défilé habituel et les poignées de mains hypocrites vont aller bon train. Les « on a besoin de vous », « vous faites un métier difficile », « vous êtes une force pour notre pays » : « on va l’entendre, mais l’accepter est autre chose », poursuivait Julien Chartier. En cette période électorale, il demande aux candidats et aux futurs élus « d’avoir le courage de nous défendre à Bruxelles avec un véritable projet ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité