Aller au contenu principal
Font Size

la gale ovine en recrudescence dans les deux-sèvres

Une augmentation des foyers de gale ovine est actuellement observée en Deux-Sèvres. Beaucoup d’éleveurs sont impactés et ont du mal à éradiquer le parasite de leur élevage. Il convient de faire attention aux achats et au voisinage.

L’éradication du parasite nécessite deux bains à 15 jours 
d’intervalle. La tête du mouton doit être totalement immergée pendant au moins une minute pour rendre le protocole efficace.
L’éradication du parasite nécessite deux bains à 15 jours
d’intervalle. La tête du mouton doit être totalement immergée pendant au moins une minute pour rendre le protocole efficace.
© Amandine Costes

C’est une galère pour les éleveurs ovins. La gale revient dans les exploitations deux-sévriennes. Cette parasitose, appelée « gale du corps », est due à la prolifération en surface de la peau d’un petit acarien, psoroptes ovis, qui affectionne particulièrement la chaleur et l’humidité des toisons des brebis. Le parasite se multiplie très rapidement à la surface de l’hôte, son cycle étant de 12 jours environ, et se propage très rapidement au sein du troupeau. Il est également capable de survivre une quinzaine de jours dans le milieu extérieur.

Lorsqu’un élevage est touché, la solution de choix est la baignade de tous les animaux du troupeau, sans exception. Elle permet de saturer l’ensemble du corps en produit acaricide de manière uniforme, contrairement à la douche. L’éradication du parasite nécessite deux bains à 15 jours d’intervalle dans le respect strict du protocole

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Les glaces, une diversification rafraichissante et 100% locale
Depuis 15 ans, les 115 vaches du troupeau de la Roche laitière, à Brûlain, sont à l’origine d’une gamme de glaces vendues dans…
Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Publicité