Aller au contenu principal

la gale ovine en recrudescence dans les deux-sèvres

Une augmentation des foyers de gale ovine est actuellement observée en Deux-Sèvres. Beaucoup d’éleveurs sont impactés et ont du mal à éradiquer le parasite de leur élevage. Il convient de faire attention aux achats et au voisinage.

L’éradication du parasite nécessite deux bains à 15 jours 
d’intervalle. La tête du mouton doit être totalement immergée pendant au moins une minute pour rendre le protocole efficace.
L’éradication du parasite nécessite deux bains à 15 jours
d’intervalle. La tête du mouton doit être totalement immergée pendant au moins une minute pour rendre le protocole efficace.
© Amandine Costes

C’est une galère pour les éleveurs ovins. La gale revient dans les exploitations deux-sévriennes. Cette parasitose, appelée « gale du corps », est due à la prolifération en surface de la peau d’un petit acarien, psoroptes ovis, qui affectionne particulièrement la chaleur et l’humidité des toisons des brebis. Le parasite se multiplie très rapidement à la surface de l’hôte, son cycle étant de 12 jours environ, et se propage très rapidement au sein du troupeau. Il est également capable de survivre une quinzaine de jours dans le milieu extérieur.

Lorsqu’un élevage est touché, la solution de choix est la baignade de tous les animaux du troupeau, sans exception. Elle permet de saturer l’ensemble du corps en produit acaricide de manière uniforme, contrairement à la douche. L’éradication du parasite nécessite deux bains à 15 jours d’intervalle dans le respect strict du protocole

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
La vente de taureaux des Sicaudières se tiendra en présentiel et en ligne
Le 12 mars, la station d’évaluation du lycée agricole de Bressuire proposera 35 taureaux à la vente. Dernière vente de charolais…
Publicité