Aller au contenu principal

la gale ovine en recrudescence dans les deux-sèvres

Une augmentation des foyers de gale ovine est actuellement observée en Deux-Sèvres. Beaucoup d’éleveurs sont impactés et ont du mal à éradiquer le parasite de leur élevage. Il convient de faire attention aux achats et au voisinage.

L’éradication du parasite nécessite deux bains à 15 jours 
d’intervalle. La tête du mouton doit être totalement immergée pendant au moins une minute pour rendre le protocole efficace.
L’éradication du parasite nécessite deux bains à 15 jours
d’intervalle. La tête du mouton doit être totalement immergée pendant au moins une minute pour rendre le protocole efficace.
© Amandine Costes

C’est une galère pour les éleveurs ovins. La gale revient dans les exploitations deux-sévriennes. Cette parasitose, appelée « gale du corps », est due à la prolifération en surface de la peau d’un petit acarien, psoroptes ovis, qui affectionne particulièrement la chaleur et l’humidité des toisons des brebis. Le parasite se multiplie très rapidement à la surface de l’hôte, son cycle étant de 12 jours environ, et se propage très rapidement au sein du troupeau. Il est également capable de survivre une quinzaine de jours dans le milieu extérieur.

Lorsqu’un élevage est touché, la solution de choix est la baignade de tous les animaux du troupeau, sans exception. Elle permet de saturer l’ensemble du corps en produit acaricide de manière uniforme, contrairement à la douche. L’éradication du parasite nécessite deux bains à 15 jours d’intervalle dans le respect strict du protocole

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Confinement ou pâturage, concertation ou carnage ?

"À l’heure où les défenseurs du bien-être animal et les écologistes demandent l’interdiction de l’élevage en intérieur, la…

S’installer… quand on est prêt
Tondeur de moutons, Alexandre Sarrazin a hésité à s’installer pendant plusieurs années avant de franchir le pas à l’âge de 31 ans…
L’agriculture victime de pirates informatiques
La chambre d'agriculture des Deux-Sèvres victime d'une cyberattaque qui touche plus largement la région Nouvelle-Aquitaine et…
Attestation permanente exploitant agricole
La Fnsea et JA 79 ont obtenu la validation de l’attestation permanente spéciale exploitant agricole par le préfet des Deux-Sèvres…
Pâtures & Papilles veut régaler les consommateurs
Quatre élevages du secteur de Parthenay planchent sur l’élaboration d’un nouveau label basé sur un engraissement 100% herbager.…
Les exploitants agricoles, piliers des sapeurs-pompiers volontaires
Parce qu’il doit assurer l’avenir, le service départemental d’incendie et de secours (Sdis 79) est à la recherche de volontaires…
Publicité