Aller au contenu principal
Font Size

La génétique et l’alimentation pour faire baisser son coût de production

L’association a mené plusieurs enquêtes auprès d’éleveurs de la région pour trouver des solutions permettant de réduire les coûts de production.

L’après-midi, les éleveurs ont pu se rendre sur l’exploitation du Gaec Bodin à Saint-Sauveur-de-Givre-en-Mai pour la présentation technique de cet élevage de 200 Parthenaises en système naisseur-engraisseur.
L’après-midi, les éleveurs ont pu se rendre sur l’exploitation du Gaec Bodin à Saint-Sauveur-de-Givre-en-Mai pour la présentation technique de cet élevage de 200 Parthenaises en système naisseur-engraisseur.
© N.C.

Puisque l’augmentation de la marge des éleveurs ne devrait pas se jouer sur un hypothétique accroissement des prix, les exploitants doivent trouver des marges en interne pour influer sur leur coût de production.
De ce fait, Bovins croissance, en association notamment avec les chambres d’agriculture, a présenté les résultats d’une enquête menée dans 306 exploitations des Pays de la Loire, de Charente-Maritime et des Deux-Sèvres, sur la campagne 2015. « L’objectif était de constater les écarts entre des élevages de taille similaire et de cibler les postes où existent les plus grosses marges de manœuvre », présente Fanny Soulard, référente sur ce dossier.
En système naisseur-engraisseur, soit 183 exploitations étudiées, le coût de production varie ainsi de 288 à 357 euros par 100 kg vif, pour une moyenne à 315 euros. « Il existe 1,56 Smic/UMO entre la moyenne et le quart inférieur, soit 26 800 euros/UMO », constate la technicienne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité