Aller au contenu principal

La génétique, une sécurité économique pour l’élevage

Dès son installation en 1986, Bruno Fournier s’est lancé dans la génétique. Pour lui, l’élevage n’existe pas sans ce travail. Un choix qui, aujourd’hui, est une sécurité financière.

Bruno Fournier (à gauche) cherche à obtenir le maximum de précision sur son troupeau grâce aux contrôles laitiers et aux conseils donnés par Cédric Desémery (à droite) de Coopavenir.
Bruno Fournier (à gauche) cherche à obtenir le maximum de précision sur son troupeau grâce aux contrôles laitiers et aux conseils donnés par Cédric Desémery (à droite) de Coopavenir.
© E.B.

Passionné de normandes, Bruno Fournier ne s’imaginait pas à la tête d’un élevage sans la génétique. « Dès mes études, la génétique m’intéressait. À la tête de mon élevage, j’ai fait le choix d’aller jusqu’au bout de la chaîne », souligne l’éleveur installé à Chassiecq (Charente) depuis 1986. Nourries principalement par les aliments de la ferme (fourrage, foin, orge et maïs sur une SAU de 175 ha) et complémentées par des correcteurs azotés et de la luzerne déshydratée, ses chèvres ont des taux autour de 42 de TB et 35 de TP pour une production annuelle qui se situe entre 950 et 1 100 kg selon les années. « Son niveau de production est assez élevé, Bruno a de très bons résultats », relève son conseiller reproduction à Coopavenir, Cédric Desémery.


Ces résultats assurent une bonne réputation à cet élevage auprès des fromagers et autres éleveurs caprins. Depuis trois ans environ, cet agriculteur de 53 ans n’a plus besoin de passer d’annonces : éleveurs et fromagers viennent à lui. C’est le cas de deux éleveuses récemment installées en Charente qui lui ont commandé cinquante chevrettes sevrées. « D’ailleurs, toutes les chevrettes de 2018 sont déjà vendues. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Petites villes de demain : le programme pour relancer les communes rurales

Dans les Deux-Sèvres, 18 communes ont été retenues pour bénéficier du programme « Petites villes de demain ». Les EPCI de l’…

Avec le parrainage, Mathieu a enfin pu s’installer
Dispositif proposé par les chambres d’agriculture et finançable par Pôle emploi, le stage parrainage permet de se projeter dans…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Les questions des enfants à un éleveur de vaches
Les élèves de CM1 de l’école du chêne, à Lezay, ont pu échanger avec un éleveur de vaches salers le temps d’un après-midi. La…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Publicité