Aller au contenu principal

La gestion de l’eau bientôt mieux adaptée aux réalités du terrain

L’institution interdépartementale de la Sèvre niortaise est gestionnaire unique du domaine fluvial public de la Sèvre niortaise et de ses affluents. L’arrivée d’un nouveau règlement devrait permettre un meilleur ajustement et une meilleure gestion de l’eau.

L’institution interdépartementale doit gérer 37 barrages et 13 écluses sur le domaine public fluvial, comme ici le nœud hydraulique de Bazoin Sèvre et du Mignon.
L’institution interdépartementale doit gérer 37 barrages et 13 écluses sur le domaine public fluvial, comme ici le nœud hydraulique de Bazoin Sèvre et du Mignon.
© IIBSN

L’année aura été agitée. Entre les pluies répétées début 2016 et le manque de précipitations de la fin d’été, la gestion de l’eau aura été un véritable enjeu de territoire. Née d’une volonté des départements des Deux-Sèvres, de la Charente-Maritime et de la Vendée, de gérer de manière conjointe le bassin versant de la Sèvre niortaise et de ses affluents, l’institution interdépartementale de la Sèvre niortaise (IIBSN), créée en 1987, administre notamment le domaine fluvial public (voir encadré). Elle gère et entretient ses 37 barrages et 13 écluses répartis sur 183 km de voies d’eau, dont 150 km sont navigables. « L’État avait laissé l’IIBSN porter les investissements lourds sur sa propriété pendant vingt ans, d’où le choix du transfert afin d’assurer la continuité de la mission », explique Florence Gaboriau, directrice de l’IIBSN.
L’institution a également repris depuis le 1er janvier 2014 le rôle de gestionnaire unique et l’entretien des marais mouillés, une prérogative auparavant dévolue à l’État.

Un règlement d’eau en discussion
Les ouvrages hydrauliques sont gérés en fonction des cotes de gestion définies dans une convention signée en 1996 et renouvelée en 2013 avec les syndicats de marais. Elle cadre ainsi l’utilisation des ouvrages selon des niveaux d’eau établis au préalable. Néanmoins, les deux côtes actuelles, hivernale et estivale, ne permettent pas une grande souplesse d’action. C’est la raison pour laquelle Séverine Vachon, présidente de l’IIBSN, se félicite de la mise en place prochaine du règlement d’eau, en consultation publique jusqu’au 19 octobre. « Le futur règlement propose de nouveaux fuseaux de gestion, ce qui permettra un meilleur ajustement des niveaux d’eau en fonction des réalités du terrain », indique-t-elle.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 7 octobre 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Étang de Beaurepaire : la digue fermée à la circulation complique le quotidien
La fermeture de la route qui traverse l’étang de Beaurepaire oblige à faire un détour de 10 kilomètres. Les fonds pour mener les…
Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
À la découverte de la petite Toscane argentonnaise
Loin de la plaine du sud, à équidistance de Bressuire et de Thouars, le village d’Argenton-les-Vallées se tient entre deux rives…
Publicité