Aller au contenu principal

La gestion de l’eau bientôt mieux adaptée aux réalités du terrain

L’institution interdépartementale de la Sèvre niortaise est gestionnaire unique du domaine fluvial public de la Sèvre niortaise et de ses affluents. L’arrivée d’un nouveau règlement devrait permettre un meilleur ajustement et une meilleure gestion de l’eau.

L’institution interdépartementale doit gérer 37 barrages et 13 écluses sur le domaine public fluvial, comme ici le nœud hydraulique de Bazoin Sèvre et du Mignon.
L’institution interdépartementale doit gérer 37 barrages et 13 écluses sur le domaine public fluvial, comme ici le nœud hydraulique de Bazoin Sèvre et du Mignon.
© IIBSN

L’année aura été agitée. Entre les pluies répétées début 2016 et le manque de précipitations de la fin d’été, la gestion de l’eau aura été un véritable enjeu de territoire. Née d’une volonté des départements des Deux-Sèvres, de la Charente-Maritime et de la Vendée, de gérer de manière conjointe le bassin versant de la Sèvre niortaise et de ses affluents, l’institution interdépartementale de la Sèvre niortaise (IIBSN), créée en 1987, administre notamment le domaine fluvial public (voir encadré). Elle gère et entretient ses 37 barrages et 13 écluses répartis sur 183 km de voies d’eau, dont 150 km sont navigables. « L’État avait laissé l’IIBSN porter les investissements lourds sur sa propriété pendant vingt ans, d’où le choix du transfert afin d’assurer la continuité de la mission », explique Florence Gaboriau, directrice de l’IIBSN.
L’institution a également repris depuis le 1er janvier 2014 le rôle de gestionnaire unique et l’entretien des marais mouillés, une prérogative auparavant dévolue à l’État.

Un règlement d’eau en discussion
Les ouvrages hydrauliques sont gérés en fonction des cotes de gestion définies dans une convention signée en 1996 et renouvelée en 2013 avec les syndicats de marais. Elle cadre ainsi l’utilisation des ouvrages selon des niveaux d’eau établis au préalable. Néanmoins, les deux côtes actuelles, hivernale et estivale, ne permettent pas une grande souplesse d’action. C’est la raison pour laquelle Séverine Vachon, présidente de l’IIBSN, se félicite de la mise en place prochaine du règlement d’eau, en consultation publique jusqu’au 19 octobre. « Le futur règlement propose de nouveaux fuseaux de gestion, ce qui permettra un meilleur ajustement des niveaux d’eau en fonction des réalités du terrain », indique-t-elle.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 7 octobre 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Les JA mettent en scène la comédie amère des prix agricoles
Répondant à un appel national à manifester, les JA et la Fnsea 79 ont organisé une remise des prix décalée à l’intention des GMS…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Couvre-feu avancé : " une mesure qui a du sens " pour le préfet
Lors de la désormais traditionnelle conférence de presse préfectorale sur l'épidémie en cours, le préfet a décliné en local les…
Publicité