Aller au contenu principal

La grande région ne veut pas négliger ses territoires

Environ 500 maires de la région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes étaient présents à Angoulême le 9 avril, à l’invitation d’Alain Rousset, pour fixer le cap de la politique d’aménagement des territoires, avec la création d’élus de territoire.

Alain Rousset a fixé quelques priorités à sa présidence : la généralisation du haut débit, la création de maisons de santé ainsi que le développement du transport ferroviaire.
Alain Rousset a fixé quelques priorités à sa présidence : la généralisation du haut débit, la création de maisons de santé ainsi que le développement du transport ferroviaire.
© Alexandre Merlingeas

En cette période de grand bouleversement des rôles et des missions des différentes collectivités, les maires semblent un peu déboussolés et s’interrogent. « Nous sommes inquiets et impatients de savoir comment nous allons pouvoir mener à bien les projets », indique Marie-Hélène Pierre, maire de l’Isle-d’Espagnac (Charente), lors de la rencontre organisée par le conseil régional et son président, Alain Rousset, à laquelle plus de 500 maires ont répondu sur les 4 503 de la région qui avaient été invités. Comment arrêter cette forme de déménagement des territoires qui est à l’œuvre et de déprise de la population, des entreprises et de l’emploi ? Alain Rousset se veut offensif sur le sujet et n’abonde pas dans le sens d’une politique uniquement centrée sur les métropoles et dont l’efficacité économique n’est pas prouvée, comme l’a montré l’intervention d’Olivier Bouba-Olga, économiste et chercheur en sciences sociales à l’université de Poitiers. « Concentrer l’emploi sur quelques métropoles ne marche pas. Ce qui joue beaucoup, c’est l’effet de spécialisation. Il n’existe pas de bon modèle à appliquer sur tous les territoires. Il faut tenir compte de la spécificité des territoires. »

L’agriculture ne sera pas lésée avec l’appui de modèles innovants centrés sur l’autonomie et la maîtrise de l’ensemble de la chaîne de valeur. Sans oublier la formation dans les CFA et les lycées professionnels, un système auquel Alain Rousset croit beaucoup. « On ne financera plus les arbres de Noël et les éclairages de passages cloutés. La région n’est plus un guichet qui n’a pas réglé les problèmes de déprise agricole et des territoires », a tancé le président de la région en référence à l’ardoise laissée par la région Poitou-Charentes, annonçant du même coup l’arrêt des Nuits Romanes dès 2016 et du FRIL, le Fonds régional d’intervention locale.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 15 avril 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
La vente de taureaux des Sicaudières se tiendra en présentiel et en ligne
Le 12 mars, la station d’évaluation du lycée agricole de Bressuire proposera 35 taureaux à la vente. Dernière vente de charolais…
Publicité