Aller au contenu principal
Font Size

La haie, élément d’intérêt écologique

Une application a été mise en place par
Les chambres d’agriculture pour composer
sa haie selon son système de culture.
Une application a été mise en place par
Les chambres d’agriculture pour composer
sa haie selon son système de culture.
© Sylvie Beausse

Avec l’établissement des assolements 2018-2019, il faut penser au paiement vert et aux surfaces d’intérêts écologiques, dont la haie fait partie.
Pour prétendre au complément des droits de base, un exploitant doit respecter trois critères : contribuer au maintien d’un ratio de prairies permanentes régional, avoir une diversité des assolements et disposer de surfaces d’intérêt écologique (SIE) sur son exploitation (arbres, haies, bandes tampon, certains types de cultures…) correspondant à au moins 5 % de la surface en terres arables. Ces éléments topographiques sont pris en compte dans la conditionnalité des aides Pac. Dans ce texte, on définit la haie comme une unité linéaire de végétation ligneuse, implantée à plat, sur talus ou sur creux, avec la présence d’arbustes, et, le cas échéant, la présence d’arbres et/ou d’autres ligneux (ronces, genêts, ajoncs…).

Maintien ou remplacement
Toutes les haies d’une largeur inférieure ou égale à 10 mètres en tout point de la haie au sein d’un îlot et qui sont à la disposition de l’agriculteur (c’est-à-dire qu’il en a le « contrôle ») doivent être maintenues. Il n’est pas exigé de hauteur minimale ou maximale de la haie. Cependant, une haie ne peut pas présenter de discontinuité de plus de 5 m (portion linéaire présentant des éléments qui ne répondent pas à la définition d’une haie). Si la taille d’une haie ou des arbres est interdite entre le 1er avril et le 30 juillet (sauf pour raison de sécurité, clôture ou entretien de la base), la conditionnalité prévoit que l’exploitation de la haie pour le bois ou la coupe à blanc sont autorisées, ainsi que le recépage. La suppression d’une haie est possible dans les cas définis par la conditionnalité (création d’un chemin, d’accès, construction, problème sanitaire, réhabilitation d’un fossé…). Son déplacement au-delà de 5 m de linéaire, ou son remplacement (éléments morts ou changement d’espèces) doivent être déclarés à la DDT. Dans le cas de non-conformité, un second contrôle pour vérifier la plantation de la haie manquante doit être effectué avant le 31 décembre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
Publicité