Aller au contenu principal

La lutte contre l'orobanche doit s'effectuer dans le bon ordre

La lutte contre l'orobanche rameuse du colza, parasite au développement variable, n'est pas aisée mais pour Terres Inovia, qui surveille et met des essais en place, des leviers existent.À condition de les actionner dans l'ordre.

Les trois leviers de lutte contre l'orobanche sont à actionner dans le bon ordre : agronomie et mesures prophylactiques, variété à bon comportement et herbicides disponibles pour les variétés Clearfield.
Les trois leviers de lutte contre l'orobanche sont à actionner dans le bon ordre : agronomie et mesures prophylactiques, variété à bon comportement et herbicides disponibles pour les variétés Clearfield.
© Sylvie Beausse

Terres Inovia avait invité le 24 mai les fournisseurs et les agriculteurs pour faire le point sur une parcelle de colza à Sainte-Ouenne où sont menés des essais de lutte agronomique, variétale et chimique contre l'orobanche rameuse. Alors que dans le même secteur les années précédentes, les visiteurs pouvaient facilement voir les effets de l’orobanche bien développée sur des colzas rabougris, cette année, elle daignait juste pointer son nez sous les pieds de colza. Si le parasite est plus ou moins développé selon les années, les déclarations de présence sur les parcelles par les agriculteurs sur le site de Terres Inovia montrent bien que les parcelles impactées progressent et que l'on en trouve partout en Poitou-Charentes et en Vendée dans les zones céréalières. 833 parcelles sont ainsi recensées à ce jour, dont un tiers sont repérées depuis 2005. « Les mesures agronomiques et prophylactiques en premier lieu sont indispensables pour ne pas voir disparaître le colza des rotations », a introduit Élodie Tourton de Terres Inovia. Ensuite, la position de l'institut est claire : dans les situations à risque que sont des parcelles situées dans la zone géographique avec des premiers signes d'apparition, il faut aussi choisir des variétés à bon comportement.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 10 juin 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Réserves de substitution, Sèvres Niortaise
Les agriculteurs s'engagent collectivement à réduire de 50% les produits phytosanitaires à horizon 2025
Deux ans jour pour jour après la signature du protocole d'accord, la commission d'évaluation et de surveillance, en charge du…
Les vœux de l’année : une Pac supportable, des Egalim appliqués
Depuis leur début de mandat (en mars pour Thomas Gaillard, en juin pour Grégory Nivelle), les présidents de JA 79 et Fnsea 79 n’…
Publicité