Aller au contenu principal

La lutte contre l'orobanche doit s'effectuer dans le bon ordre

La lutte contre l'orobanche rameuse du colza, parasite au développement variable, n'est pas aisée mais pour Terres Inovia, qui surveille et met des essais en place, des leviers existent.À condition de les actionner dans l'ordre.

Les trois leviers de lutte contre l'orobanche sont à actionner dans le bon ordre : agronomie et mesures prophylactiques, variété à bon comportement et herbicides disponibles pour les variétés Clearfield.
Les trois leviers de lutte contre l'orobanche sont à actionner dans le bon ordre : agronomie et mesures prophylactiques, variété à bon comportement et herbicides disponibles pour les variétés Clearfield.
© Sylvie Beausse

Terres Inovia avait invité le 24 mai les fournisseurs et les agriculteurs pour faire le point sur une parcelle de colza à Sainte-Ouenne où sont menés des essais de lutte agronomique, variétale et chimique contre l'orobanche rameuse. Alors que dans le même secteur les années précédentes, les visiteurs pouvaient facilement voir les effets de l’orobanche bien développée sur des colzas rabougris, cette année, elle daignait juste pointer son nez sous les pieds de colza. Si le parasite est plus ou moins développé selon les années, les déclarations de présence sur les parcelles par les agriculteurs sur le site de Terres Inovia montrent bien que les parcelles impactées progressent et que l'on en trouve partout en Poitou-Charentes et en Vendée dans les zones céréalières. 833 parcelles sont ainsi recensées à ce jour, dont un tiers sont repérées depuis 2005. « Les mesures agronomiques et prophylactiques en premier lieu sont indispensables pour ne pas voir disparaître le colza des rotations », a introduit Élodie Tourton de Terres Inovia. Ensuite, la position de l'institut est claire : dans les situations à risque que sont des parcelles situées dans la zone géographique avec des premiers signes d'apparition, il faut aussi choisir des variétés à bon comportement.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 10 juin 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité