Aller au contenu principal

La main-d’oeuvre légumière coûte 18 à 45% plus cher en France

© Légumes de France - Infographie : Agra Presse

En France, un salarié en production de légumes coûte 18 à 45 % plus cher à l’employeur que chez nos voisins européens, affirme Légumes de France dans son livre blanc pour 2021. Ce différentiel de coût concerne la main-d’œuvre non qualifiée en général, saisonnière ou permanente. Le salaire brut horaire français est de 10,15  euros contre 9,35  euros en Allemagne, 8,89  euros en Belgique, 6,21  euros en Espagne et 6  euros en Italie. En prenant en compte les charges sociales, un salarié coûte en réalité 12,09  euros à un petit employeur français, soit 22 % de plus qu’en Allemagne, 37 % de plus qu’en Italie, 34 % de plus qu’en Espagne et 18 % de plus qu’en Belgique.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Le guichet pour les aides de crise ouvre le 22 juillet
Annoncée en mars, l’aide aux éleveurs ayant dégagé un revenu inférieur à 11000€ en 2020 sera mobilisable du 22 juillet au 15…
Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité