Aller au contenu principal

La motivation des jeunes à l’épreuve des robots

En BPREA par apprentissage, les jeunes rencontrés à Melle envisagent majoritairement l’installation. Nés avec les nouvelles technologies, ils redoutent néanmoins que celles-ci ne les privent des tâches qui sont à la source de leur motivation.

Les sept apprentis, ici avec leurs formateurs Gilbert Bouchaud et Emmanuelle Cailleton, ne souhaitent pas voir les nouvelles téchnologies dénaturer le métier. En revanche, ils espèrent qu’elles leur permettront d’alléger à terme le poids des tâches administratives.
Les sept apprentis, ici avec leurs formateurs Gilbert Bouchaud et Emmanuelle Cailleton, ne souhaitent pas voir les nouvelles téchnologies dénaturer le métier. En revanche, ils espèrent qu’elles leur permettront d’alléger à terme le poids des tâches administratives.
© C.P.

Sept jeunes, sept parcours, sept projets mais une réalité commune : le contact avec les animaux, la mise en ½uvre des travaux des champs, le travail en extérieur, sont le point d’ancrage de la motivation de ces élèves pour le métier d’agriculteur. Dylan 21 ans, Dimitri et Sandy 20 ans, Mathilde et Pierrick 19 ans, Sarah et Kévin 18 ans, poussés par leur formateur à s’ouvrir aux nouveaux outils de production, posent quelques réserves inattendues. En première année de BPREA par apprentissage au CFA de Melle, nombre de ces jeunes comptent déjà une solide expérience professionnelle acquise au cours de deux années de CAP et un an de BPA par apprentissage. « Ils ont deux ans pour aller plus loin », pose Gilles Bouchaud, formateur en informatique.

Pour devenir responsable d’exploitation agricole, ces passionnés d’agriculture doivent apprendre à sortir du c½ur du métier pour élargir leurs connaissances, développer leur esprit critique et augmenter leur capacité à faire des choix, définir des stratégies. Pour les y inciter, l’équipe enseignante leur offre matière à réagir en évoquant notamment la multiplication des rotos ou robots de traite dans les élevages, les systèmes de guidage par GPS qui gagnent de nombreux tracteurs, l’engagement de Fendt en 2015 dans un programme visant la mise au point d’une véritable flotte de robots pilotée par GPS qui prend en charge les opérations de semis dans les parcelles. « Les réactions sont assez surprenantes pour des générations qui sont nées avec les nouvelles technologies », s’étonne Gilles Bouchaud.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Le parcours hors norme de Georgina
Des terrains de handball au Gabon à l’élevage de porcs en France, Georgina Tchatchoua-Gbayuen a eu plusieurs vies. Cette femme d’…
Les curseurs techniques et humains, gages de réussite
Même si le contexte laitier est complexe, les Deux-Sèvres comptent des exploitations en bonne santé. Pour déterminer l’avenir,…
Départementales : les projets des candidats pour la ferme Deux-Sèvres
La Fnsea et les Jeunes agriculteurs des Deux-Sèvres ont convié, mercredi 9 juin, les candidats aux élections départementales pour…
Président de Capr’Inov, un exercice d’équilibriste
Avec la structuration du salon et son développement constant, le temps alloué à la préparation de Capr’Inov est important. Samuel…
La qualité de la farine donne du grain à moudre aux boulangers
Pétrir, mouler et cuire restent les gestes séculaires de la fabrication du pain, mais les ingrédients de base sont choisis selon…
Les poulaillers, une option toujours prisée
Pour sécuriser une trésorerie ou pérenniser un emploi, de nombreux exploitants montent des ateliers volailles en parallèle de…
Publicité