Aller au contenu principal

La nouvelle technique de piégeage va faire des petits

Mettre la pression sur les ragondins tout en ménageant et en motivant les piégeurs bénévoles, c’est l’équation que tente de résoudre la Fdgdon grâce à une nouvelle technique de piégeage qu’elle compte diffuser plus largement.

La technique du pré-appâtage porte ses fruits et devrait être mise en place dans les prochaines années à l’échelle du
département.
La technique du pré-appâtage porte ses fruits et devrait être mise en place dans les prochaines années à l’échelle du
département.
© Fdgdon

Une portée de ragondins compte entre 6 et 8 petits, une femelle peut générer trois portées par an et un ragondin est apte à la reproduction dès 6 mois. Ces quelques éléments montrent que la courbe démographique peut vite s’affoler quand on ne régule pas ce nuisible responsable de nombreux dégâts, sur les berges et sur les cultures (blé, colza, maïs, prairies…). Cet animal, vecteur de la leptospirose, qui peut occasionner des avortements chez les bovins, n’est pas désiré. C’est automatique : quand la pression diminue, la population augmente.

Cette pression dépend en grande partie de l’investissement de préleveurs bénévoles. Dans le département, ils sont environ 1 000 à piéger les ragondins pour le compte de la Fdgdon. Des pêcheurs, agriculteurs, riverains, chasseurs, retraités… un tissu de bonnes volontés parfois fragile. Une fibre bénévole dont la Fdgdon veut prendre soin car piéger le ragondin, c’est s’embarquer pour une campagne de quatre semaines. « Souvent, vers la fin de la période, on ressent de la démotivation des bénévoles », constate Christophe Suire, technicien à la Fdgdon.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
HVE : entre bio et conventionnel, la voie du milieu
Simple logo de plus ou réelle opportunité pour les agriculteurs, la Haute valeur environnementale (HVE) progresse dans le paysage…
Publicité