Aller au contenu principal

2e jour du congrès Fnsea
La parole au réseau, aux congressistes et aux bénévoles

Ce mercredi 22 septembre, les participants du 75e congrès de la Fnsea, à Niort, se retrouvent pour deux temps forts le matin : La parole au réseau et Réseau 2025. Le programme est riche en enjeux, Agri79 a tendu son micro pour en recueillir à chaud.

En haut à gauche : Vincent Brack, André Bonnard et Jean-Manuel Vignau (FNPL). En haut à droite : Gérard Gallot, président Fdsea 42. Bas gauche : délégation de Haute-Saône, son président Emmanuel Aebischer au centre. Bas droit : Catherine Thébault et Géraldine Esserteau, bénévoles.
© Chloé Poitau

Dans la pénombre de la grande salle de l’Acclameur, les représentants de Fdsea et d’autres institutions agricoles se succèdent sur deux estrades. Ils ont deux minutes – pas une de plus – pour exposer au bureau de la Fnsea nationale les enjeux qui sont les leurs sur le terrain. Prix inchangés du lait depuis 40 ans, hausse des coûts de l’azote, réforme des retraites pour « les véritables agriculteurs uniquement », sont autant de sujets qui s’expriment pendant plus de deux heures, Christiane Lambert orchestrant le défilé des orateurs et minutant leurs interventions.

La séquence suivante, à huis-clos, est un moment clé du congrès. C’est le temps de débat consacré à Réseau 2025, le projet stratégique de la Fnsea qui travaille à se moderniser pour plus de proximité avec ses adhérents. La proximité, le lien, c’est justement ce qui prévaut dans les retours que font les congressistes, et bénévoles, après une journée et demie d’événement. Florilège ci-dessous.

Définir le syndicalisme 2.0

Vincent Brack, André Bonnard et Jean-Manuel Vignau, respectivement directeur, ancien secrétaire général et responsable de la communication de la FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait), ont consacré la première journée du congrès essentiellement au plaisir de retrouver des connaissances. Ils insistent maintenant sur la nécessité de réinterroger le fonctionnement de la Fnsea, face au défi du renouvellement des générations.

« Nous devons aller vers plus de représentativité, martèle Vincent Brack. Nous étions incontournables avant, et amenions l’information jusqu’aux tracteurs. Ce n’est plus le cas. Les adhérents cotisent surtout pour qu’on défende leurs intérêts. Et ça passe par des outils modernes, comme nous l’avons fait pour défendre nos amendements au Sénat pour les EGA. Nous avons utilisé Twitter pour relayer largement l’information et peser sur les décideurs, amis et ennemis de nos idées. La réflexion Réseau 2025 doit permettre de rappeler combien les corps intermédiaires comme notre syndicat sont utiles ».

André Bonnard embraye : « Le financement par les adhérents est primordial, il permet de ne pas se faire acheter, de rester indépendants ».

Quand on leur demande le plus gros défi pour l’agriculture française, les trois hommes répondent en chœur : le renouvellement des générations. « Mais il est lié directement à la rémunération, souligne Jean-Manuel Vignau. A la FNPL, nous avons décortiqué la répartition de la valeur. Il en ressort que c’est un problème de milieu de filière ». Les marges ne sont pas captées exclusivement par les GMS, et les négociations doivent se maintenir pour une meilleure répartition.

« Prendre le pouls des autres régions »

« Pour avoir organisé le congrès national en 2015 à Saint-Etienne, j’ai une grosse pensée pour les niortais qui sont sur le front aujourd’hui », commence Gérard Gallot, président de la Fdsea de la Loire. Content « qu’on puisse enfin se retrouver », le président perçoit une unité de toutes les délégations sur les Egalim : « les attentes sont fortes, on a besoin de prix dans les exploitations. Il insiste aussi sur le besoin d’atteindre une PAC « solide et équilibrée » entre les productions.

Un peu plus loin, à la pause, quelques membres de la Fdsea de Haute-Saône profitent des victuailles servies par les élèves en CAP cuisine et service/commercialisation de la chambre des métiers 79. « Il faut aimer le fromage de chèvre chez vous », rigolent-ils.

Avant que le président de cette délégation, Emmanuel Aebischer, reprenne, plus sérieux, les enjeux qu’il porte pour son département : « Nous sortons de notre troisième année d’une sécheresse inimaginable. Nous ne croyons plus aux dossiers calamité. Cet argent doit être mis dans une vraie assurance récolte, non obligatoire et qui, j’insiste, ne doit pas être une assurance revenus, au risque de minimiser une fois encore la valeur de nos productions ».

Entre 150 et 180 bénévoles sur trois jours

On les voit fourmiller de partout, sur les stands, dans les couloirs, dans les cuisines. Ils guident les participants, distribuent badges et mallettes de documents, organisent la restauration et l’administratif, et les à-côtés festifs du rassemblement… Orchestrés par Jean-Baptiste Rasillard, vice-président de la Fnsea 79, référent pour le congrès, ce sont pas moins de 180 bénévoles qui œuvrent sur cet événement d’ampleur nationale. « Ils viennent surtout de la Fnsea 79 et alentours », indique Jean-Baptiste. Les Jeunes Agriculteurs des Deux-Sèvres, affectés à la buvette et à la vaisselle, affirment compter parmi les « garants de la convivialité » du congrès. Stoppées quelques secondes dans leur élan pour répondre à Agri 79, Catherine et Géraldine, du centre de gestion AS79 témoignent : « on est polyvalentes, on court partout. L’ambiance est super, c’est vraiment sympa. On ne vit ça qu’une fois dans une vie ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Coralie a trouvé son bonheur au volant des tracteurs
Pas faite pour l’école, puis rêvant de devenir soigneur animalier, Coralie Babeau a finalement trouvé sa vocation en tant que…
Christiane Lambert défend « le vrai visage de l’agriculture »
La première journée du congrès national du syndicat a commencé au Gaec du Petit Chauveux, où se sont rendus représentants et élus…
De Soudan à Cournon, une vie dédiée à l’amour des Parthenaises
Les époux deux-sévriens Christine et Didier Proust reçoivent ce 8 octobre les Sabots d’or au Sommet de l’élevage de Cournon d’…
Alexandre Jorigné : " Je retrouve le métier d’éleveur en travaillant comme ça "
Membre des JA 79 et Nouvelle-Aquitaine, Alexandre Jorigné a rejoint l’équipe de Capr’Inov en 2020. Chargé du Capr’I Cup, il s’est…
« Ça suffit » !
Un collectif représentant la profession agricole réagit aux exactions réalisées par les opposants aux réserves de susbtituion de …
Des panneaux photo, oui, mais lavés une à deux fois par an
Le développement du photovoltaïque ne se dément pas, sur les bâtiments agricoles mais pas seulement. Avec sa société Photon…
Publicité