Aller au contenu principal

Insolite
La passion des légumes géants

Depuis dix ans, à Carsac-de-Gurson (Dordogne), Fabrice Boudyo cultive des potirons, tomates et autres maïs hors normes grâce auxquels il a remporté de nombreux prix.

Fabrice Boudyo a produit ce potiron d’un poids record de 643 kg.
Fabrice Boudyo a produit ce potiron d’un poids record de 643 kg.
© N. C.
Circonférence latérale : 5,13 m, envergure de terre à terre : 2,81 m, distance entre le pédoncule et la fleur : 2,77 m. Et la belle accuse un poids de
643 kg. Le beau, en l’occurrence, car ces mensurations sont celles d’un potiron Atlantique Giant qu’a cultivé Fabrice Boudyo, viticulteur, avec ses parents Marielle et Luc au château de Carsac à Carsac-de-Gurson.
Depuis son plus jeune âge, Fabrice aime cultiver son potager. La découverte de légumes géants dans un magazine va sonner le début d’une passion qui dure depuis maintenant dix ans. « Je suis fasciné par ça, explique Fabrice, de voir une graine de quelques grammes pousser si vite démontre à quel point les plantes sont vivantes. On éprouve beaucoup plus de sensations qu’avec les petits légumes. »
Dès 2002, il produit un potiron de 352 kg, puis il atteint les 466 kg en 2004 et 553 kg en 2007. Avec son potiron 2012 à 643 kg, il est sûr de repartir avec un premier prix du concours annuel des légumes géants qui se déroule en octobre à Lamothe-Achard en Vendée.
Les récompenses et records engrangés en une décennie par le jeune homme sont nombreux. Il a obtenu le record de France et d’Europe pour une calebasse d’une longueur de 2,94 m en 2011. De 2009 à 2011, il était champion d’Europe de la plus grosse tomate avec des spécimens oscillant entre 2 kg et 2,300 kg. Ironie du sort, il a perdu son titre cette année pour 24 g, avec une tomate produite par un ami à lui à qui il avait donné la semence.
Fabrice Boudyo est aux petits soins pour ses légumes géants. Il sélectionne les graines d’une année sur l’autre en fonction de la production du plant. Il en donne aussi et en envoie partout dans le monde, car, dans l’univers des légumes géants, les échanges gratuits sont la règle.

Produits naturels
Sur un pied de potiron, il sélectionne une fleur, la ligature, puis le lendemain la pollinise – au pinceau ou à la brosse à dent électrique – avec le pollen des fleurs de la même plante. La fleur est ensuite religaturée pour éviter qu’elle ne soit pollinisée par d’autres pollens.
Pour les tomates, Fabrice a créé une variété il y a cinq ans par croisement entre une tomate russe, l’Omar libanaise et la Big Zac. Il pollinise les fleurs et ne conserve qu’un seul fruit par pied. Contrairement aux maraîchers qui considèrent comme un handicap les tomates dites siamoises parce qu’invendables, c’est ce défaut, qui s’obtient par la fusion des fleurs, que recherche Fabrice. C’est la garantie d’obtenir des tomates de belle taille.
Et n’allez pas croire que le jardinier de Carsac noie ses légumes sous des flots d’engrais chimiques. Il utilise des produits naturels que lui fournit son sponsor : sang séché, corne torréfiée, algues et luzerne lyophilisées. Il n’a recours aux phytos que très exceptionnellement, en cas de maladie résistante dont il ne peut se débarrasser autrement. « J’ai la chance d’avoir une bonne terre structurée, je veux la conserver naturelle. Je pense à l’avenir. »
À noter que Fabrice cultive aussi du maïs géant dont les graines lui ont été envoyées du Mexique.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Coralie a trouvé son bonheur au volant des tracteurs
Pas faite pour l’école, puis rêvant de devenir soigneur animalier, Coralie Babeau a finalement trouvé sa vocation en tant que…
De Soudan à Cournon, une vie dédiée à l’amour des Parthenaises
Les époux deux-sévriens Christine et Didier Proust reçoivent ce 8 octobre les Sabots d’or au Sommet de l’élevage de Cournon d’…
Alexandre Jorigné : " Je retrouve le métier d’éleveur en travaillant comme ça "
Membre des JA 79 et Nouvelle-Aquitaine, Alexandre Jorigné a rejoint l’équipe de Capr’Inov en 2020. Chargé du Capr’I Cup, il s’est…
« Ça suffit » !
Un collectif représentant la profession agricole réagit aux exactions réalisées par les opposants aux réserves de susbtituion de …
De nouvelles formations à venir aux Sicaudières
À l’occasion de la rentrée du centre de formation des adultes au campus des Sicaudières a été annoncée l’ouverture de deux cursus…
Ce qui va changer avec Egalim 2
Round final pour la loi Egalim 2. Les parlementaires sont tombés d’accord sur un texte qui entrera en application pour les…
Publicité