Aller au contenu principal

la performance de la prairie comme objectif prioritaire

La bonne gestion du pâturage en élevage laitier est un élément important de la santé financière des exploitations. En agriculture biologique, elle devient incontournable.

En bio, le pâturage est la plaque tournante du système fourrager.
En bio, le pâturage est la plaque tournante du système fourrager.
© N.C.

Une enquête réalisée en 2016 auprès de douze éleveurs du réseau lait bio Bretagne avait comme objectif de connaître leurs pratiques de gestion du pâturage des vaches laitières et leurs leviers d’ajustement en cas de mauvaise année herbagère.

Un système basé sur l’herbe et le pâturage
La majorité des éleveurs bio enquêtés ont des systèmes pâturants avec plus de 35 ares/VL. La surface moyenne pâturée par les vaches laitières est nettement supérieure à celle des élevages conventionnels. On peut considérer que plus de la moitié des élevages sont très pâturants (plus de 50 ares/VL). La base du système fourrager de ces exploitations est donc l’herbe, avec en moyenne 83 % de la SAU en herbe.


Un parcellaire qui maximise le pâturage
Les freins à l’accessibilité des parcelles pour le pâturage sont les mêmes pour tous les élevages. La distance et la traversée de route sont plus régulièrement citées et, dans une moindre mesure, les notions de portance des sols et de morcellement du parcellaire.
Ces contraintes n’empêchent pas les éleveurs du réseau de disposer de surfaces accessibles importantes : 44 ha de SAU pour les VL, et 40 ha pour les génisses pour une SAU moyenne de 98 ha. Ces surfaces importantes dédiées au pâturage sont le résultat d’une démarche d’aménagement du parcellaire : 100 % des éleveurs ont créé des chemins et 83 % ont fait des aménagements pour l’abreuvement aux champs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Réserves de substitution, Sèvres Niortaise
Les agriculteurs s'engagent collectivement à réduire de 50% les produits phytosanitaires à horizon 2025
Deux ans jour pour jour après la signature du protocole d'accord, la commission d'évaluation et de surveillance, en charge du…
Couvre-feu avancé : " une mesure qui a du sens " pour le préfet
Lors de la désormais traditionnelle conférence de presse préfectorale sur l'épidémie en cours, le préfet a décliné en local les…
Publicité