Aller au contenu principal

JA
A La Petite Boissière, l’installation des jeunes portée par une dynamique locale

A La Petite Boissière, treize exploitants sur trente-sept sont des jeunes. Leur parcours n’a rien d’extraordinaire. Mais il s’inscrit dans une dynamique locale qui porte un regard positif sur le métier d’agriculteur.

De gauche à droite : Julien Caillaud, Maxime Vion et son père Gérard, Florian Gélineau et Pierre Fortin.
De gauche à droite : Julien Caillaud, Maxime Vion et son père Gérard, Florian Gélineau et Pierre Fortin.
© G. R.

Quand ils se retrouvent, il y a cette complicité que l’on perçoit sur leur visage. Peut-être tout simplement parce qu’ils ont vécu l’aventure du parcours à l’installation. Florian, Maxime, Pierre et Julien, se retrouvent ce jour-là chez un des leurs, Gérard Vion, installé il y a plus de vingt ans à La Rivière, sur la commune de La Petite Boissière.Ils font partie des treize jeunes sur les trente-sept chefs d’exploitation répartis sur les vingt-trois fermes de la commune. Ici, on n’a pas lieu de se désoler que des jeunes ne reprennent pas une ferme laissée au moment d’un départ à la retraite. « Chez nous, on s’installe », souligne Gérard, délégué communal depuis huit ans. « C’est un peu particulier, mais il y a toujours eu des installations. »Les quatre jeunes n’ont pas un parcours professionnel atypique : une formation BTS ou bac pro. Tout au plus peut-être, une installation qui n’a pas traîné après la fin de leurs études. Comme Julien Caillaud, magasinier à Terrena pendant deux ans avec, « dès le début, l’envie de s’installer » jusqu’au moment ou un voisin a décidé de cesser son activité et de laisser sa ferme, disait-il, « de préférence à un jeune ». Ou encore Florian Gélineau, agriculteur dès l’âge de 20 ans avec un frère, son père et un oncle.


Lire la suite en page 3 d'Agri79

Soixante quinze installations en 2013

En 2013, le nombre d’installations s’élève à 75, - soit à peu près le même nombre qu’en 2012 (72), mais un peu moins qu’en 2011, avec 80 installations -, qui se répartissent en 44 installations aidées et 31 non aidées, selon la MSA. Par sexe la répartition est la suivante : 15 femmes et 60 hommes.Un peu moins de 30% des jeunes qui se sont installés ont opté pour une installation individuelle (30 sur 75), et 55 pour une forme sociétaire. La dominante élevage est une constante : 46 sur 75, soit 61%.Le nombre d’installations varie de 8 à Moncoutant, à 5 (Mauléon, Secondigny et Saussais-Vausais) à une (Brioux, Mauzé, Ménigoute, Saint-Varent).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité