Aller au contenu principal
Font Size

JA
A La Petite Boissière, l’installation des jeunes portée par une dynamique locale

A La Petite Boissière, treize exploitants sur trente-sept sont des jeunes. Leur parcours n’a rien d’extraordinaire. Mais il s’inscrit dans une dynamique locale qui porte un regard positif sur le métier d’agriculteur.

De gauche à droite : Julien Caillaud, Maxime Vion et son père Gérard, Florian Gélineau et Pierre Fortin.
De gauche à droite : Julien Caillaud, Maxime Vion et son père Gérard, Florian Gélineau et Pierre Fortin.
© G. R.

Quand ils se retrouvent, il y a cette complicité que l’on perçoit sur leur visage. Peut-être tout simplement parce qu’ils ont vécu l’aventure du parcours à l’installation. Florian, Maxime, Pierre et Julien, se retrouvent ce jour-là chez un des leurs, Gérard Vion, installé il y a plus de vingt ans à La Rivière, sur la commune de La Petite Boissière.Ils font partie des treize jeunes sur les trente-sept chefs d’exploitation répartis sur les vingt-trois fermes de la commune. Ici, on n’a pas lieu de se désoler que des jeunes ne reprennent pas une ferme laissée au moment d’un départ à la retraite. « Chez nous, on s’installe », souligne Gérard, délégué communal depuis huit ans. « C’est un peu particulier, mais il y a toujours eu des installations. »Les quatre jeunes n’ont pas un parcours professionnel atypique : une formation BTS ou bac pro. Tout au plus peut-être, une installation qui n’a pas traîné après la fin de leurs études. Comme Julien Caillaud, magasinier à Terrena pendant deux ans avec, « dès le début, l’envie de s’installer » jusqu’au moment ou un voisin a décidé de cesser son activité et de laisser sa ferme, disait-il, « de préférence à un jeune ». Ou encore Florian Gélineau, agriculteur dès l’âge de 20 ans avec un frère, son père et un oncle.


Lire la suite en page 3 d'Agri79

Soixante quinze installations en 2013

En 2013, le nombre d’installations s’élève à 75, - soit à peu près le même nombre qu’en 2012 (72), mais un peu moins qu’en 2011, avec 80 installations -, qui se répartissent en 44 installations aidées et 31 non aidées, selon la MSA. Par sexe la répartition est la suivante : 15 femmes et 60 hommes.Un peu moins de 30% des jeunes qui se sont installés ont opté pour une installation individuelle (30 sur 75), et 55 pour une forme sociétaire. La dominante élevage est une constante : 46 sur 75, soit 61%.Le nombre d’installations varie de 8 à Moncoutant, à 5 (Mauléon, Secondigny et Saussais-Vausais) à une (Brioux, Mauzé, Ménigoute, Saint-Varent).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité