Aller au contenu principal

JA
A La Petite Boissière, l’installation des jeunes portée par une dynamique locale

A La Petite Boissière, treize exploitants sur trente-sept sont des jeunes. Leur parcours n’a rien d’extraordinaire. Mais il s’inscrit dans une dynamique locale qui porte un regard positif sur le métier d’agriculteur.

De gauche à droite : Julien Caillaud, Maxime Vion et son père Gérard, Florian Gélineau et Pierre Fortin.
De gauche à droite : Julien Caillaud, Maxime Vion et son père Gérard, Florian Gélineau et Pierre Fortin.
© G. R.

Quand ils se retrouvent, il y a cette complicité que l’on perçoit sur leur visage. Peut-être tout simplement parce qu’ils ont vécu l’aventure du parcours à l’installation. Florian, Maxime, Pierre et Julien, se retrouvent ce jour-là chez un des leurs, Gérard Vion, installé il y a plus de vingt ans à La Rivière, sur la commune de La Petite Boissière.Ils font partie des treize jeunes sur les trente-sept chefs d’exploitation répartis sur les vingt-trois fermes de la commune. Ici, on n’a pas lieu de se désoler que des jeunes ne reprennent pas une ferme laissée au moment d’un départ à la retraite. « Chez nous, on s’installe », souligne Gérard, délégué communal depuis huit ans. « C’est un peu particulier, mais il y a toujours eu des installations. »Les quatre jeunes n’ont pas un parcours professionnel atypique : une formation BTS ou bac pro. Tout au plus peut-être, une installation qui n’a pas traîné après la fin de leurs études. Comme Julien Caillaud, magasinier à Terrena pendant deux ans avec, « dès le début, l’envie de s’installer » jusqu’au moment ou un voisin a décidé de cesser son activité et de laisser sa ferme, disait-il, « de préférence à un jeune ». Ou encore Florian Gélineau, agriculteur dès l’âge de 20 ans avec un frère, son père et un oncle.


Lire la suite en page 3 d'Agri79

Soixante quinze installations en 2013

En 2013, le nombre d’installations s’élève à 75, - soit à peu près le même nombre qu’en 2012 (72), mais un peu moins qu’en 2011, avec 80 installations -, qui se répartissent en 44 installations aidées et 31 non aidées, selon la MSA. Par sexe la répartition est la suivante : 15 femmes et 60 hommes.Un peu moins de 30% des jeunes qui se sont installés ont opté pour une installation individuelle (30 sur 75), et 55 pour une forme sociétaire. La dominante élevage est une constante : 46 sur 75, soit 61%.Le nombre d’installations varie de 8 à Moncoutant, à 5 (Mauléon, Secondigny et Saussais-Vausais) à une (Brioux, Mauzé, Ménigoute, Saint-Varent).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Confinement ou pâturage, concertation ou carnage ?

"À l’heure où les défenseurs du bien-être animal et les écologistes demandent l’interdiction de l’élevage en intérieur, la…

L’agriculture victime de pirates informatiques
La chambre d'agriculture des Deux-Sèvres victime d'une cyberattaque qui touche plus largement la région Nouvelle-Aquitaine et…
S’installer… quand on est prêt
Tondeur de moutons, Alexandre Sarrazin a hésité à s’installer pendant plusieurs années avant de franchir le pas à l’âge de 31 ans…
Attestation permanente exploitant agricole
La Fnsea et JA 79 ont obtenu la validation de l’attestation permanente spéciale exploitant agricole par le préfet des Deux-Sèvres…
Pâtures & Papilles veut régaler les consommateurs
Quatre élevages du secteur de Parthenay planchent sur l’élaboration d’un nouveau label basé sur un engraissement 100% herbager.…
Les exploitants agricoles, piliers des sapeurs-pompiers volontaires
Parce qu’il doit assurer l’avenir, le service départemental d’incendie et de secours (Sdis 79) est à la recherche de volontaires…
Publicité