Aller au contenu principal
Font Size

Aviculture
La production avicole s’adapte à son environnement economique et social

Frédéric Monnier, directeur nutrition et productions animales spécialisées du groupe Cavac et Gérard Guilbaud, président du groupe Val’iance (Terrena) se positionnent sur la production et son devenir au sein des territoires.

Selon Agreste, 10% des élevages concentrent la moitié de la production picto-charentaise.
Selon Agreste, 10% des élevages concentrent la moitié de la production picto-charentaise.
© N. C.

Vos coopératives sont des acteurs économiques majeurs de la filière volaille en Deux-Sèvres. Comment envisagez-vous le développement de cette filière dans le contexte actuel d'opposition aux projets ?

Frédéric Monnier : Nous ne voyons pas - comme vous le suggérez dans votre question -  d’opposition systématique aux projets de développement d’ateliers volailles ou en productions animales. Des projets se concrétisent et se mettent en place régulièrement sur les Deux-Sèvres et sont souvent accompagnés par des aides de la Région notamment en positionnant des productions animales non OGM. C’est le cas en lapin, volaille de chair, volaille de ponte, porc, bovin viande, bovin lait et caprin…
Les démarches administratives restent cependant longues et lourdes pour les éleveurs. Nous nous attachons à respecter les règles en vigueur en matière de permis de construire, de plan d’épandage et de respect des normes environnementales et de bien-être animal.
Gérard Guilbaud : Les projets, lorsqu’ils sont contestés, ne visent pas le développement de la production ! Notre coopérative se bat chaque année pour maintenir ses volumes de production. Les départs en retraite, et ils vont à nouveau augmenter dans les 5 à 8 ans à venir, concernent chaque année 5 à 10 % des mètres carrés en production.
En Deux-Sèvres, il y a du fait de la présence d’outils industriels, une culture de la production de volailles dans le nord du département. Sur un plan économique, c’est une chance. Les partenaires de Terrena sur cette zone, notamment Boyé Accouvage, l’abattoir Gastronome, les fabricants d’aliments… créent des emplois. 3500 à 4000 sur ce territoire. Nous entendons les maintenir.  Produire est l’une des conditions.

Lire en pages 10,11 et 12

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité