Aller au contenu principal
Font Size

Elevage et environnement
La production de méthane fait concurrence à la production de lait

Les fabricants d’aliments du bétail cherchent les bons équilibres pour que les rations créent les conditions optimales à la maîtrise de la production de méthane.

© N.C.

Les vaches pètent disent certains. Ce qui ne serait pas sans poser de problèmes à la planète ? Interrogés sur la problématique méthane, aujourd’hui couramment évoquée – honnêtement ou un peu moins, par les défenseurs du climat ou les détracteurs de l’agriculture -, les fabricants d’aliments du bétail rectifient. « Elles ne pètent pas, elles rotent. Ces rots sont effectivement chargés en méthane ». Cette précision à laquelle les Ets Arrivé Bellanné, Pasquier Vgt’al, et la coopérative Alicoop tiennent, peut paraître sans importance. Mais, si l’objectif de ce débat est bien la lutte contre le réchauffement climatique, ont-ils tous souligné, « il est essentiel de savoir de quoi l’on parle ».

Efficacité énergétique

Ces trois entreprises, présentes à l’open show génisses, à Lezay, les 9 et 10 juin, travaillent aux côtes des éleveurs à la maîtrise de ces émanations. Notre porte d’entrée, confient-ils tous, est économique. « Le méthane est un déchet de détoxification du rumen. Alors que le microbiote s’attaque aux fibres pour les digérer, il produit de l’hydrogène. Pour que la vache survive, cet élément chimique doit être évacué. Des microorganismes, consommateurs d’énergie, s’en chargent », décrit Séverine Brunet, responsable du pôle nutrition santé chez Alicoop. Un procédé naturel extraordinaire qui, dans le cadre d’une activité de production, est jugé comme contre-productif. « L’énergie ici consommée n’est pas mobilisée à la production du lait ou de la viande, priorité des éleveurs », résume Jean-Noël Merceron responsable ruminant chez Arrivé-Bellanné.

Maitriser la production de méthane

Valorex, groupe spécialisé dans la nutrition animale a développé, via une analyse fine du lait, un modèle de prédiction des émanations de méthane à partir d’une ration. « Cet outil nous permet d’ajuster la ration afin qu’un minium d’énergie soit transformée en méthane », explique Olivier Thibault en charge du secteur ruminant chez Pasquier Vgt’al.

Chaque entreprise, via ses outils de rationnement, équilibre ses rations. « Nous partons des objectifs de production de l’exploitant et de l’analyse du système fourrager de l’exploitation. A partir de-là, nous allons chercher les bons équilibres », détaille Séverine Brunet. Le rapport fourrage concentrés ajusté, en fonction de la volonté de l’exploitant, la coopérative cherche à améliorer l’efficacité de la ration avec des levures ou graines de lin extrudées. « Ces produits influencent à la baisse le caractère méthanogène de la ration ». Les huiles essentielles, en influençant la composition du microbiote, renforcent cette tendance.

Le principe d’approche est le même chez Pasquier Vgt’al et Arrivé-Bellanné. En revanche, les entreprises se démarquent par le choix des matières premières, additifs ou huiles essentielles incorporées dans la ration pour atteindre les bons équilibres. Chez Pasquier Vgt’al, on mise particulièrement sur la taostage des graines de lin. « Outre l’apport des profils d’acides gras, au pouvoir reconnu sur la production de méthane, cette option permet de développer l’autonomie alimentaire », expose Olivier Thibault. Chez Arrivé-Bellanné, l’incorporation de sainfoin déshydraté s’ajoute aux autres pistes pour maîtriser le phénomène. Elodie Barbier, responsable scientifique chez leur partenaire MG2MIX, firme de conseil en nutrition animale précise :  « Le tanin contenu dans la plante influence positivement la composition du microbiote et crée une symbiose des populations favorable à la maîtrise les rejets ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité