Aller au contenu principal

Biodiversité
La profession agricole mobilisée dans la protection du busard

Les actions de protection des busards dans le Marais poitevin permettent de protéger 60 % des populations depuis vingt ans. La concertation avec les exploitants doit s’intensifier.

C’est une image que les agriculteurs du Marais poitevin sont amenés à voir se développer : des busards survolant leurs parcelles de blé ou d’orge et y trouvant refuge jusqu’à leur migration, aux alentours des moissons. « À l’origine, le busard cendré était principalement présent dans les landes et les marais mais la raréfaction de ce type de milieu l’a obligé à s’adapter à un milieu de substitution : celui des grandes cultures. Aujourd’hui, ces grandes étendues leur conviennent très bien car ils sont bien camouflés », explique Alexandra Christin, chargée d’études au groupe ornithologique des Deux-Sèvres (Gods).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Étang de Beaurepaire : la digue fermée à la circulation complique le quotidien
La fermeture de la route qui traverse l’étang de Beaurepaire oblige à faire un détour de 10 kilomètres. Les fonds pour mener les…
Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
Publicité