Aller au contenu principal

Social
A la recherche de partenaires soucieux du sort des agriculteurs en difficulté

Le 14 décembre, le Réseau d’écoute et de solidarité en agriculture tenait son assemblée générale. L’avenir est sombre. Pour poursuivre son action auprès des agriculteurs en difficultés, le Resa doit trouver de nouveaux partenaires financiers.

Le Resa est dans une situation délicate : le réseau doit trouver de nouveaux partenaires financiers.
Le Resa est dans une situation délicate : le réseau doit trouver de nouveaux partenaires financiers.
© DR

 

Ces deux dernières années, les menus fonds propres que s’était constitués le Réseau d’écoute et de solidarité en agriculture (Resa) fondent comme neige au soleil. L’exercice 2008 était déficitaire. Pour boucler l’année 2009, il manquera au bas mot 11 000 euros. Pour le président, les administrateurs et les salariés, la réalisation du prévisionnel 2010 est un vrai casse-tête. « Nous avons travaillé le poste charges. Il est réduit aux seuls frais de personnels et administratifs », présente Eric Ferré, directeur. Pour équilibrer les comptes, il faut trouver 115 000 euros. « Malheureusement nous n’y sommes pas », enrage le président François Chauveau. En perdant le marché public des fonds d’insertion perçus depuis 1992 du conseil général - « l’un des partenaires fondateurs », précise François Chauveau - le Resa perd le droit d’accès au fonds social européen. « Il n’y a pas si longtemps, chaque ligne budgétaire représentait 70 000 euros », poursuit-il.

Attachées au Resa, les organisations professionnelles agricoles, partenaires historiques, cherchent des solutions. La chambre d’agriculture a récemment voté une augmentation du budget affecté, via le Resa, au soutien des agriculteurs en difficulté.  La contribution de l’organisme consulaire sera pour 2010 à hauteur de 25 000 euros. Des négociations sont en cours avec la MSA. Il est question d’un montant analogue. « Même si la volonté est présente, rien aujourd’hui n’est acté », précise François Chauveau, inquiet. Chaque année, 180 à 200 exploitants trouvent au Resa un soutien, un accompagnement leur permettant de faire face aux difficultés économiques et/ou sociales qui les bousculent (lire Agri79 du 27 novembre).

« La chute des revenus agricoles constatée en 2009, - 32 %, annonce des mois difficiles. Nous ne pouvons nous résigner. Les agriculteurs qui rencontrent des difficultés ont besoin des services du Resa », insiste le responsable décidé à croire que « le conseil général restera en 2010, comme en 1991 lors de la création du Resa, concerné par le sort des agriculteurs qui occupent, dynamisent, entretiennent le territoire départemental ».

Application de la procédure des marchés publics

Lundi 14 décembre, Jean-Claude Mazin, co-président de la commission agriculture, tourisme et environnement, au conseil général, participait aux travaux statutaires du Resa. Sans fermer la porte des discussions, il rappelait la procédure des marchés publics qui s’applique désormais, y compris au domaine de l’aide sociale. « Contrairement au passé, vous n’êtes plus les seuls à répondre à cet appel d'offres », constatait-il. Un argument qui fait réagir les participants à l’assemblée générale qui demandent « que des évaluations qualitatives du travail effectué soient réalisées. Lorsqu’il est question d’accompagnement de familles dans la difficulté, seul le résultat compte ».


 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité