Aller au contenu principal

Récolte de pommes
Arboriculture : la récolte 2020 s’annonce de bon calibre

Des quantités inférieures à l’an dernier, mais des pommes de belle taille : voilà le profil de la récolte qui a débuté fin août et se poursuivra pendant tout l’automne. À condition que le mauvais temps ne s’invite pas.

Aux vergers du Griffarin, à Saint-Romain-de-Benet (Charente-Maritime), les cueilleurs sont entrés en action. Une vingtaine de saisonniers, venus en renfort des trois salariés permanents, récoltent depuis plusieurs jours déjà les rangs de pommes Gala, les premières à avoir atteint la maturité. Julien Chenin, qui a repris l’exploitation en 2017, espère que les résultats seront bons. « Ça se passe plutôt bien pour le moment, mais avec les orages du 15 août, on a pris 60 mm par ici, et on a certaines Gala qui éclatent… ». Ces pommes, quelques-unes par arbre, sont parfaitement mangeables, mais ne peuvent être commercialisées et se conservent très mal. Chaque Gala éclatée est une Gala de perdue.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
Publicité