Aller au contenu principal

Ovins
La réforme des cotations des ovins est entrée en application le 22 janvier

Préparée depuis plusieurs mois, la réforme des cotations entrée abattoir pour les ovins est entrée en application en janvier. C’est un pas vers plus de transparence.

Les données recueillies concernent les effectifs abattus, les poids moyen et prix moyen pour chaque catégorie de brebis et agneaux.
Les données recueillies concernent les effectifs abattus, les poids moyen et prix moyen pour chaque catégorie de brebis et agneaux.
© G. R.
La réforme des cotations des ovins « entrée abattoir », est opérationnelle depuis le 22 janvier. Elle a été mise en place, selon le ministère de l’agriculture d’une part « afin de mieux répondre aux besoins d’information des acteurs de la filière et des pouvoirs publics sur la réalité du marché », d’autre part afin « de fiabiliser la collecte des prix et l’élaboration des cotations, grâce à un dispositif modernisé qui s’appuie sur la transmission dématérialisée des données par les abatteurs ».
Ces cotations hebdomadaires  résultent d’une observation a posteriori des prix « entrée abattoir ». « Ce qui veut dire animaux vivants ramenés au classement une fois abattus et prix rendu à l’abattoir», explique Christian Gaborit, techniciens ovins à la Caveb.
Cette nouvelle organisation a démarré par les gros bovins. Elle se poursuit aujourd’hui par la réforme des cotations des ovins de boucherie et demain, par celle des veaux de boucherie et des bovins maigres.

Simplification de la grille de cotation
Pour les ovins, cela se traduit en particulier par la refonte des bassins de cotations et la simplification des grilles de cotations. Les bassins de cotations passent de 4 (Paris, Limoges, Toulouse, Avignon) à 2. Les nouveaux centres sont Poitiers pour la région Nord et Toulouse pour la région Sud.
La segmentation des grilles de cotations est simplifiée et adaptée aux marchés, pour une meilleure représentativité. Concernant les agneaux de boucherie (ovins de moins de douze mois), 4 catégories de poids au lieu de 5 précédemment sont cotées : moins de 16 kg, 16 à 19 kg, 19 à 22 kg et plus de 22 kg. Seules les conformations U, R et O et les états d’engraissement 2, 3 et 4 sont cotés.

Transmission informatisée des données
Concernant les brebis, 2 catégories de poids, au lieu de 3 précédemment, sont retenues : inférieure ou supérieure à 30 kg. Seules les conformations R et O et les états d’engraissement 2, 3 et 4 doivent désormais être cotées.
Tout opérateur qui abat ou fait abattre plus de 20 000 têtes d’ovins par an dans un ou plusieurs abattoirs (hors ovins bio) est tenu de fournir à France AgriMer, avant le dimanche soir minuit, les informations nécessaires à l’établissement de cotations hebdomadaires. Ces données concernent les effectifs abattus, le poids moyen et le prix moyen pour chaque typologie d’animal.
Les commissions régionales de cotations font le point le mardi. A l’issue de cette concertation, les cotations de la semaine passée sont diffusées sur le site www.franceagrimer.fr.    
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

La Caveb veut rester un acteur majeur de la viande rouge
Lors du point presse précédent son assemblée générale, le mercredi 30 septembre, la coopérative agricole de Châtillon-sur-Thouet…
Manifestation de Bassines non merci en opposition au projet de réserves des la Sèvre niortaise.
La transition agroécologique, l’enjeu des réserves de substitution
Partisans et opposants parlent de la nécessaire transition agro-écologique. Pour les premiers les réserves de substitutions sont…
Capr'inov, un salon à huis clos

Pas de public, pas d’exposant. C’est une édition spéciale de Capr’inov que l’équipe du salon de la chèvre est contrainte d’…

À 50 ans, la Corel affiche sa bonne santé commerciale
La coopérative d’élevage a tenu son assemblée générale le jeudi 24 septembre. Avec un nouveau directeur et un nouveau président,…
La CLS pose les briques d’une meilleure valorisation
Début septembre, la coopérative laitière de la Sèvre (CLS) a sorti un nouveau produit visant à sécuriser le revenu des éleveurs…
Plombier, il arrête tout pour reprendre la ferme de son père
Mathieu Moreau, plombier chauffagiste depuis quinze ans, a eu un déclic pendant le confinement : c’est peut-être à lui de…
Publicité