Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

La région lance un état des lieux sur la gestion de l’eau

Les enjeux climatiques comme démographiques laissent prévoir des difficultés quant aux usages de l’eau. La région Nouvelle-Aquitaine propose une réflexion concertée autour des orientations à long terme.

Alain Rousset, le président de la Nouvelle-Aquitaine, se veut être « un fédérateur de toutes les parties » pour arriver à une réflexion globale sur la gestion de l’eau régionale.
Alain Rousset, le président de la Nouvelle-Aquitaine, se veut être « un fédérateur de toutes les parties » pour arriver à une réflexion globale sur la gestion de l’eau régionale.
© ORE

La taille de la Nouvelle-Aquitaine et la diversité de ses territoires induit des différences importantes dans les usages de l’eau. Cultures irriguées dans le sud de la région, métropole bordelaise de 760 000 habitants, centrales nucléaires à Blaye et à Civaux… L’utilisation de la ressource en eau en Poitou-Charentes répond à des enjeux différents et peut-être bientôt concurrents.
« On est dans une phase de réchauffement climatique qui impacte, avec les usages humains, la ressource et sa qualité, notait Alain Rousset, président de la région. Sur les quantités rejetées, la moyenne serait de 150 litres d’eau par habitant et par jour. C’est énorme. Que fait-on de cette eau ? Est-ce qu’elle ne pourrait pas, moyennant une filtration innovante, revenir pour l’irrigation ? Notre souci, c’est d’amener tout le monde à une stratégie pour les 10, 20 ou 30 années qui viennent. Les prévisions parlent d’un débit divisé par deux et ce que disait le professeur Legube c’est que le Sud-Ouest, dans les vingt années qui viennent, va être plus touché que le Sud-Est. Les Pyrénées et le Massif central, ce n’est pas les Alpes. »

« Quand les températures augmentent de 1 %, la consommation augmente de 3 % », résumait Alain Rousset. Ces préoccupations amènent la Nouvelle-Aquitaine à proposer une « politique régionale de l’eau ». Dans ce domaine, la région n’a pas de compétence prescriptive. Elle « se conçoit plutôt comme un animateur, un fédérateur de toutes les parties », précisait Alain Rousset

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Grossiste, éleveur, restaurateur : ils se lancent dans l’ultralocal
Fin juin, les frères Giraud, éleveurs de Limousines et Charolaises, ont vendu une nouvelle vache au grossiste bressuirais…
Publicité