Aller au contenu principal

La région lance un état des lieux sur la gestion de l’eau

Les enjeux climatiques comme démographiques laissent prévoir des difficultés quant aux usages de l’eau. La région Nouvelle-Aquitaine propose une réflexion concertée autour des orientations à long terme.

Alain Rousset, le président de la Nouvelle-Aquitaine, se veut être « un fédérateur de toutes les parties » pour arriver à une réflexion globale sur la gestion de l’eau régionale.
Alain Rousset, le président de la Nouvelle-Aquitaine, se veut être « un fédérateur de toutes les parties » pour arriver à une réflexion globale sur la gestion de l’eau régionale.
© ORE

La taille de la Nouvelle-Aquitaine et la diversité de ses territoires induit des différences importantes dans les usages de l’eau. Cultures irriguées dans le sud de la région, métropole bordelaise de 760 000 habitants, centrales nucléaires à Blaye et à Civaux… L’utilisation de la ressource en eau en Poitou-Charentes répond à des enjeux différents et peut-être bientôt concurrents.
« On est dans une phase de réchauffement climatique qui impacte, avec les usages humains, la ressource et sa qualité, notait Alain Rousset, président de la région. Sur les quantités rejetées, la moyenne serait de 150 litres d’eau par habitant et par jour. C’est énorme. Que fait-on de cette eau ? Est-ce qu’elle ne pourrait pas, moyennant une filtration innovante, revenir pour l’irrigation ? Notre souci, c’est d’amener tout le monde à une stratégie pour les 10, 20 ou 30 années qui viennent. Les prévisions parlent d’un débit divisé par deux et ce que disait le professeur Legube c’est que le Sud-Ouest, dans les vingt années qui viennent, va être plus touché que le Sud-Est. Les Pyrénées et le Massif central, ce n’est pas les Alpes. »

« Quand les températures augmentent de 1 %, la consommation augmente de 3 % », résumait Alain Rousset. Ces préoccupations amènent la Nouvelle-Aquitaine à proposer une « politique régionale de l’eau ». Dans ce domaine, la région n’a pas de compétence prescriptive. Elle « se conçoit plutôt comme un animateur, un fédérateur de toutes les parties », précisait Alain Rousset

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

19 marchés festifs tout au long de l’été
Lieu de convivialité, les MPP offrent aux agriculteurs une occasion de se faire connaître localement. Les agriculteurs se…
Le parcours hors norme de Georgina
Des terrains de handball au Gabon à l’élevage de porcs en France, Georgina Tchatchoua-Gbayuen a eu plusieurs vies. Cette femme d’…
Les curseurs techniques et humains, gages de réussite
Même si le contexte laitier est complexe, les Deux-Sèvres comptent des exploitations en bonne santé. Pour déterminer l’avenir,…
Départementales : les projets des candidats pour la ferme Deux-Sèvres
La Fnsea et les Jeunes agriculteurs des Deux-Sèvres ont convié, mercredi 9 juin, les candidats aux élections départementales pour…
Président de Capr’Inov, un exercice d’équilibriste
Avec la structuration du salon et son développement constant, le temps alloué à la préparation de Capr’Inov est important. Samuel…
La qualité de la farine donne du grain à moudre aux boulangers
Pétrir, mouler et cuire restent les gestes séculaires de la fabrication du pain, mais les ingrédients de base sont choisis selon…
Publicité