Aller au contenu principal

Sécheresse
La région veut que l’Etat agisse rapidement

Le 19 mai dernier, Ségolène Royal s’est rendue sur l’exploitation de François Crouigneau, à Aslonnes dans la Vienne, pour voir les ravages de la sécheresse sur un élevage.

Ségolène Royal veut anticiper dès maintenant la sécheresse de l’an prochain.
Ségolène Royal veut anticiper dès maintenant la sécheresse de l’an prochain.
© DR

François Crouigneau a d’ores et déjà réduit son cheptel à 280 chèvres (contre 300 il y a quelques mois). Il ne compte pas s’arrêter là. S’il décapitalise son cheptel, c’est à cause de la sécheresse, et les répercussions vont se faire sentir sur le marché de la viande.  Le cheptel était déjà au pâturage mi-février. « Il n’y a plus de stock de fourrage pour nourrir les animaux. Quand les chèvres sortent au pâturage, je garde celles qui sont au-dessus de 2 litres. Mais là, avec le coût des rations achetées, je ne peux plus conserver celles qui sont sous les 3 litres. »La viabilité économique de son exploitation en dépend. Quant à constituer un nouveau stock, il n’en parle même pas. « Avec seulement 35 bottes de foin sur 20 hectares, tout est presque épuisé. »Le déplacement de la présidente de région était aussi l’occasion d’une réunion de travail avec les acteurs du monde agricole. L’objectif ? Trouver des solutions concrètes pour passer le cap de cette nouvelle crise.Il en ressort plusieurs demandes que Ségolène Royal va présenter au gouvernement. Les éleveurs souhaitent un prix d’intervention sur les céréales pour éviter une spéculation effrénée.La réquisition des céréales destinées à l’exportation pour les réorienter vers l’alimentation animale a été évoquée. Il est aussi question de bloquer, par décret, le prix des fourrages, de surveiller les coûts de transport…Quant à la paille, un prix verrouillé à 18 euros la tonne semble faire l’unanimité. La présidente de région va demander au préfet de prendre un arrêté interdisant le broyage de la paille.La Région rappelle le numéro vert 0 800 009 086 pour mettre en relation les éleveurs qui ont besoin de fourrage et toute personne (agriculteur, collectivité…) qui peut leur en mettre à disposition.Un fonds d’aide d’urgence de 5 millions d’euros devrait d’ailleurs être débloqué très prochainement. Il sera dédié à la mise en place de cultures moins gourmandes en eau. Concrètement, cet argent servira à l’achat des semences des agriculteurs et pourra couvrir une partie du surcoût du travail complémentaire.En attendant la mise en place de tous ces dispositifs, la solidarité s’organise entre éleveurs et céréaliers. Certains ont même proposé de mettre leur terre à disposition pour implanter des cultures dérobées et fournir un minimum de fourrage en fin d’été.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité