Aller au contenu principal

Porcs
La régionalisation de la surveillance sanitaire renforcée

Prévention, surveillance et gestion des risques sont les priorités que se fixe l’association sanitaire porcine de Nouvelle-Aquitaine (ASPNA) créée à la fin de l’année dernière. Elle regroupe les missions de l’Arepsa (Aquitaine), de l’OS Porcs Poitou-Charentes et des sections porcines des GDS du Limousin.

L’entité régionale se substituera aux organismes du Poitou-Charentes, de l’Aquitaine et du Limousin d’ici trois à cinq ans.
© D.R.

À l’image de la régionalisation en marche de l’interprofession porcine depuis trois ans avec la naissance de l’IPR Nouvelle-Aquitaine (venant remplacer progressivement Porlim pour le Limousin, Inpaq pour l’Aquitaine, et l’ARPPC pour le Poitou-Charentes), les organismes sanitaires pour la production porcine prennent le même chemin. C’est ainsi qu’est née mi-novembre dernier l’association sanitaire porcine de Nouvelle-Aquitaine (ASPNA), qui, dans un délai de trois à cinq ans, se substituera à l’association régionale porcine de promotion sanitaire en Aquitaine, aux actions des GDS du Limousin, et à l’OS Porcs pour l’ex Poitou-Charentes.

Ses missions restent en grande partie identiques à celles de ces structures mais, indique Gilles Corvaisier, le référent de cette nouvelle entité pour le Poitou-Charentes, « les actions conduites et les cotisations seront identiques sur l’ensemble de la région ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
La vente de taureaux des Sicaudières se tiendra en présentiel et en ligne
Le 12 mars, la station d’évaluation du lycée agricole de Bressuire proposera 35 taureaux à la vente. Dernière vente de charolais…
Publicité