Aller au contenu principal
Font Size

La renaissance des vins corréziens

Si le bordelais est connu pour ses vins, la Corrèze l'est plutôt pour son élevage. Pourtant, c'est aussi une terre de vignobles, connue dès le haut moyen-âge, que des producteurs font revivre depuis quelques années.

Deux zones de production se sont développées en Corrèze : du côté de Branceilles, qui voit la production de vins rouges, blancs et rosés et de vins paillés, et du côté d’Allasac-Voutezac, avec des vins tranquilles.
Deux zones de production se sont développées en Corrèze : du côté de Branceilles, qui voit la production de vins rouges, blancs et rosés et de vins paillés, et du côté d’Allasac-Voutezac, avec des vins tranquilles.
© E.M.

Que ce soit du côté du Midi Corrézien ou d’Allassac, les vignes composent le paysage du sud de la Corrèze. La production de vin dans le département est ancienne. Les premières traces connues du côté d’Allassac sont relatées dans le testament de Saint Yrieix - ou Aredius - évangélisateur en sa région natale du Limousin, au VIe siècle de notre ère. Leur réputation fait qu’ils se sont retrouvés au cours des siècles à la table de monastères comme Cluny, des papes d’Avignon, et soi-disant servis à la table royale française. Avant la crise du phylloxera, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, le vignoble bas-corrézien atteignait les 17 000 hectares.


Les vignes ont ensuite disparu du paysage pendant près d’un siècle, avant que des agriculteurs décident de relancer cette production. Deux zones se sont développées : du côté de Branceilles, où les viticulteurs produisent des vins blancs, rouges et rosés en conventionnel ou en bio, et du vin paillé ; du côté d’Allassac-Voutezac, qui accueille des vins tranquilles (qui ne pétillent pas) blancs, rouges et rosés. 56 % des exploitants passent par les deux structures coopératives qui couvrent chacune une zone, les 44 % restants sont en cave particulière. Les exploitants de l’Earl Couvent de la Providence, qui produisent le Chant d’ardoise, entrent dans ce cadre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Les glaces, une diversification rafraichissante et 100% locale
Depuis 15 ans, les 115 vaches du troupeau de la Roche laitière, à Brûlain, sont à l’origine d’une gamme de glaces vendues dans…
Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité