Aller au contenu principal

Colloque
A la rencontre du consommateur en mutualisant les savoir-faire

Leur objectif était d’aller vers le client. Ils l’ont fait en mutualisant les coûts. Résultat : une meilleure valeur ajoutée, mais aussi des consommateurs rassurés sur les produits qu’ils achètent. L’économie de proximité est de retour.

De gauche à droite : Eddy Fruchard, Gary Daguisé, Daniel Chauveau, Jean-Robert Morille et Laurent Magot.
De gauche à droite : Eddy Fruchard, Gary Daguisé, Daniel Chauveau, Jean-Robert Morille et Laurent Magot.
© G. R.
«L’économie de proximité est une vague de fond. Aux producteurs de s’en occuper, sinon d’autres le feront à leur place. » Laurent Magot, chef du pôle tourisme et promotion à la chambre d’agriculture de la Dordogne, parlait mardi dernier au nom des agriculteurs qui, au-delà de leurs produits, vendent aussi l’image d’un territoire, un savoir-faire local. Le colloque organisé par la chambre d’agriculture, en partenariat avec la chambre des métiers et la chambre de commerce est une première. Elle met en évidence l’intérêt d’une mutualisation des compétences que des acteurs économiques, agriculteurs, commerçants, artisans pratiquent ici ou là. Dans le but de trouver de nouveaux débouchés rémunérateurs, la chambre d’agriculture de la Dordogne affiche un bilan positif dans ce domaine. Avec ses 3 millions de touristes par an, et grâce à un partenariat avec les collectivités locales, le département a su se doter de structures pour valoriser les produits locaux avec une marque, Saveur du Périgord, très présente dans les GMS. Quatorze points de vente collectifs ouverts toute l’année ont vu le jour. Les produits locaux, déjà présents sur de nombreux marchés sont valorisés dans la restauration hors domicile, par l’intermédiaire d’une société coopérative d’intérêt collectif qui associe partenaires privés et publics. Elle regroupe l’offre et met en place la logistique afin d’approvisionner, en produits transformés ou non, les cantines. En Deux-Sèvres, Plaisirs fermiers dans la zone commerciale Mendes-France, de Niort a vu le jour il y a deux ans. « On est allés vers les clients en mutualisant les coûts », a expliqué Jean-Robert Morille, un des neuf producteurs à l’origine du projet. La clé de la réussite ? « S’entourer de professionnels, bouchers charcutiers, vendeurs, responsables de magasin », poursuit-il. « La valorisation des produits agricoles locaux, représente 30 emplois, de la ferme au magasin », souligne son collègue, Daniel Chauveau, convaincu de la viabilité de ce concept. Parce que le produit local plaît. Il rassure un consommateur qui a perdu confiance dans les produits alimentaires. Toutes proportions gardées, le prix n’est pas un obstacle. Comme en témoigne Gary Daguisé, de la Sarl Le Pis et l’Epi, à Ardin avec la marque les P’tits amoureux, la Fromagère. « Notre produit phare, le gâteau au fromage blanc est lui aussi élaboré grâce aux compétences locales - ferme des Bazinières, coopérative de Pamplie, Minoterie Belot, Gaec de Dilay, ferme des Bois-, et au savoir-faire de collaborateurs dont c’est le métier », expliquait-il. « Notre atout, c’est la transparence. Il faut dire d’où viennent les produits que nous utilisons. C’est notre axe de différenciation », poursuivait-il. Même si le prix est majoré. Car un produit apprécié dans les cantines scolaires peut être utilisé à des fins pédagogiques.Un avis que partage Eddy Fruchard. Bois et Paille dont il est le gérant, communique sur le bois de la région, pour l’écoconstruction, les maisons à ossature bois, les charpentes traditionnelles, l’isolation avec des bottes de paille. Le jeune artisan se sent proche de ces agriculteurs qui parlent de leur produit avec fierté.             
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Réserves de substitution, Sèvres Niortaise
Les agriculteurs s'engagent collectivement à réduire de 50% les produits phytosanitaires à horizon 2025
Deux ans jour pour jour après la signature du protocole d'accord, la commission d'évaluation et de surveillance, en charge du…
Couvre-feu avancé : " une mesure qui a du sens " pour le préfet
Lors de la désormais traditionnelle conférence de presse préfectorale sur l'épidémie en cours, le préfet a décliné en local les…
Publicité