Aller au contenu principal

Vente de reproducteurs parthenais
La station d’évaluation de reproducteurs parthenais inaugurée lors de la sortie de son 1000e veau

Moins d’achats que d’habitude pour la 22e vente à la station d’évaluation de veaux parthenais à Melle. Mais l’ambiance de fête y était quand même pour l’inauguration des nouveaux locaux.

La vente d’automne de reproducteurs à la station de d’évaluation parthenaise avait lieu jeudi dernier à Melle dans l’espace aménagé spécialement pour cela et inauguré en fin de matinée. Des bâtiments fonctionnels « qui apportent à la fois sécurité et très bonnes conditions de travail », a souligné le président de l’organisme de sélection, Serge Bonnanfant.
La région, le département, le lycée et l’OS ont apporté leur contribution à l’édification des derniers aménagements de cette station, dont le premier bâtiment date de 1991. Elle est gérée par un groupe d’éleveurs, avec à leur tête, Christophe Pineau, qui veille à l’objectif de la station : repérer rassembler et contrôler les meilleurs veaux candidats à la qualification afin de comparer leurs potentialités. « Depuis le début, la station a parfaitement rempli son rôle. Même si elle ne se trouve pas au cœur du berceau de la race, elle est une vitrine pour les élèves qui font leurs études ici», poursuivait Serge Bonnanfant.
A l’issue de cette vente du 16 octobre, 1029 mâles ont été évalués. Ils sont issus de 149 élevages répartis dans sept départements principalement en Poitou-Charentes et Pays de la Loire. 50 mâles ont été achetés puis mis en testages pour l’insémination par Génoé. 632 ont été achetés par des éleveurs français ou étrangers. Au final, un veau sur deux qui naît dans les élevages de parthenaises est issus de la base de la station.
Les organisateurs auraient souhaité un meilleur cru que celui de cette vente. Seulement 17 sur 28 veaux qualifiés ont été achetés, pour un prix moyen de 3 300 euros. « Le contexte n’est pas bon. Pourtant, la génétique est le meilleur investissement, surtout en ce moment », estimait Serge Bonnanfant. Pour Vincent Loiseau, son directeur, la FCO vient freiner un tendance de ventes qu’ils qualifiait jusqu’à ce jour de « bonnes à très bonnes ».
Le 1 000e veau évalué à la station a été acheté par le Gaec de Galardon, - famille Longeau - à Vernoux sur Boutonne à l’Earl Babin, au Beugnon.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
HVE : entre bio et conventionnel, la voie du milieu
Simple logo de plus ou réelle opportunité pour les agriculteurs, la Haute valeur environnementale (HVE) progresse dans le paysage…
La Caveb veut rester un acteur majeur de la viande rouge
Lors du point presse précédent son assemblée générale, le mercredi 30 septembre, la coopérative agricole de Châtillon-sur-Thouet…
Manifestation de Bassines non merci en opposition au projet de réserves des la Sèvre niortaise.
La transition agroécologique, l’enjeu des réserves de substitution
Partisans et opposants parlent de la nécessaire transition agro-écologique. Pour les premiers les réserves de substitutions sont…
Capr'inov, un salon à huis clos

Pas de public, pas d’exposant. C’est une édition spéciale de Capr’inov que l’équipe du salon de la chèvre est contrainte d’…

À 50 ans, la Corel affiche sa bonne santé commerciale
La coopérative d’élevage a tenu son assemblée générale le jeudi 24 septembre. Avec un nouveau directeur et un nouveau président,…
Publicité