Aller au contenu principal
Font Size

Salon
La troisième édition de Capr’Inov, un salon toujours aussi professionnel

La troisième édition de Capr’Inov aura lieu les 24 et 25 novembre prochains, à Niort. L’audience de ce salon spécialisé continue à progresser auprès des éleveurs français mais aussi étrangers.

Les organisateurs ont choisi l’élevage de Théo et Samuel Hérault, et de leur soeur Guylène, à Nueil-sur-Argent pour présenter Capr’Inov 2010.
Les organisateurs ont choisi l’élevage de Théo et Samuel Hérault, et de leur soeur Guylène, à Nueil-sur-Argent pour présenter Capr’Inov 2010.
© DR

Capr’Inov, fin novembre, tous les deux ans : le rendez-vous est désormais connu de la plupart des éleveurs de chèvres. C’est donc cette année qu’ils se retrouveront, les 24 et 25 novembre, avec l’ensemble des professionnels de la filière.

Cette troisième édition se déroulera comme les années précédentes, au Parc des expositions de Niort, au cœur du bassin laitier caprin. Cette région produit à elle seule près de 60% du lait de chèvre. En y ajoutant les régions voisines des Pays de la Loire, du Centre et de l’Aquitaine, c’est 85% de la collecte française qui est représentée.

Une centaine d’exposants, laiteries, distributeurs d’aliments, de matériel, services… sont inscrits, pour l’édition 2010. Certains avaient réservé leur participation, dès 2008. Si bien que les organisateurs ont dû pousser les murs et porter la surface d’exposition à 8 000 mètres carrés. De nouveaux exposants sont attendus. Mais d’autres, déjà présents lors des éditions précédentes, souhaitaient louer davantage de surface.

Le salon s’articulera autour de cinq pôles : alimentation, génétique et concours d’animaux, enseignement-formation-emploi pour sensibiliser et orienter les jeunes vers l’agriculture et la filière caprine, transmission-installation, bâtiment-équipement. « Le salon grandit », se félicite Thierry Jayat qui succède à Rémi Boudaud, à la présidence du salon. Mais il souligne aussi que l’esprit du départ reste le même : « Un salon purement professionnel qui s’attache à valoriser la technicité, le savoir-faire, les innovations du secteur caprin ». Car les éleveurs et les acteurs de la filière sont très attachés à des rassemblements de ce type. Comme en témoignent les salons d’élevage de renommée internationale (Space, Sommet de l’élevage…) ou Tech-Ovins, à Bellac, en alternance avec Capr’Inov.

En 2008, 3 000 personnes ont franchi les portes du salon, dépassant les prévisions de l’équipe d’organisation. 

« Dans une filière qui compte à peine 7 000 éleveurs professionnels, le taux de pénétration est remarquable », soulignent-ils. 77% des visiteurs sont des éleveurs contre 70% en 2006. Même si leur nombre reste encore limité, les Espagnols, Britanniques, Hollandais, Allemands, Italiens et éleveurs d’Amérique du nord renforcent l’audience du salon. Cette année, une importante délégation mexicaine est attendue.

 

Vitrine de la diversité de la production caprine

Après la région Centre, la région Rhône-Alpes sera à l’honneur cette année. « Avec le Sud-Est, c’est l’image de la France caprine qui sera sur le salon », estime Jean-François Bernard, membre du comité d’organisation. La diversité de la production caprine sera à n’en pas douter un atout supplémentaire de cette édition. 

Présentations et concours d’animaux, pointage des jeunes, conférences… une douzaine d’animations sont prévues à ce jour, quelles soient techniques ou économiques. Les visites d’élevages sont également prévues en marge du salon.              


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité