Aller au contenu principal

FCO
La vaccination contre la FCO redevient payante

Depuis le 30 juin, l’Etat ne finance plus le coût de l’acte et du vaccin contre la FCO qui reste à la charge des éleveurs.

L’éleveur devra payer 3,86 € pour la primo vaccination d’un bovin et  2,03 € pour un rappel.
L’éleveur devra payer 3,86 € pour la primo vaccination d’un bovin et 2,03 € pour un rappel.
© Stéphane Leitenberger

 

Fin juin, la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) a convoqué la commission bipartite départementale pour fixer les tarifs de la vaccination contre la FCO. En effet, au-delà du 30 juin, la vaccination reste obligatoire pour les ovins et les bovins mais l’Etat ne participe plus financièrement. Très vite, les représentants des vétérinaires et les représentants des éleveurs (chambre d’agriculture et GDS)  sont tombés d’accord pour appliquer les  mêmes tarifs que ceux imposés par l’Etat . Ainsi hors taxes, l’éleveur devra payer 3,86 € pour la primo vaccination d’un bovin (2 injections par sérotype) et  2,03 € pour un rappel. Pour un ovin, la primo vaccination coûtera 1,46 € et un rappel sera facturé 0,78 €. Le coût du déplacement reste également à la charge de l’éleveur  : 25,24 € par visite. Enfin quand les stocks de vaccins gratuits seront épuisés,  les vaccins seront également facturés à prix coûtant aux éleveurs. Ces tarifs ne devraient concerner que quelques éleveurs : ceux ayant besoin de vacciner des broutards pour l’export et éventuellement quelques retardataires. Il a été rappelé à l’issue de cette commission que la vaccination restait exigible jusqu’au 2 novembre 2010. D’ailleurs, la DDCSPP vient d’adresser aux procureurs de la république une seconde vague de procès-verbaux concernant les élevages en défaut de vaccination pour la campagne 2009. Les modalités de la prochaine campagne ne sont pas encore connues et devraient dépendre du nombre de foyers détectés cet été : aujourd’hui un seul foyer en France est identifié. Il s’agit d’un cheptel ovin près de la frontière italienne, porteur du sérotype 1 mais sans signe clinique.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Léa Izambart
Léa veut s’installer, malgré les difficultés
Malgré une conjoncture en berne en bovins allaitants, Léa Izambart fourmille d’idées pour amener un nouveau souffle à l’…
Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Publicité