Aller au contenu principal

Sanitaire
L’addition de l’IBR aurait pu être plus salée

Tous les ans, la prophylaxie obligatoire de l’IBR réserve son lot de mauvaises surprises.

L’élevage a retrouvé sa qualification après le sacrifice d’un lot de génisses et de 2 recherches d’IBR.
L’élevage a retrouvé sa qualification après le sacrifice d’un lot de génisses et de 2 recherches d’IBR.
© G. A.
Courant mars 2012, un élevage de bovins allaitants du bocage deux-sévrien reçoit ses résultats de prophylaxie annuelle. Pour cet élevage sélectionneur, ces résultats sont des garanties sanitaires qu’il pourra produire lors de la vente de reproducteurs ou lors de la présentation d’animaux aux concours. Or, cette année, si concernant la BVD et la  paratuberculose les voyants sont au vert, il n’en est pas de même pour l’IBR. En effet, 10 bovins sont détectés positifs par le Lasat, le laboratoire départemental d’analyses. L’éleveur contacte aussitôt le GDS qui a la gestion déléguée par l’Etat de la prophylaxie de l’IBR.
La qualification IBR de l’élevage retirée, le GDS convient avec l’éleveur de tester à nouveau les 10 bovins pour confirmer ou infirmer ce résultat plutôt surprenant : l’élevage n’a pas introduit de bovin depuis deux ans. Quelques jours plus tard le laboratoire délivre des résultats confirmant la positivité des animaux.
Une visite d’élevage est alors programmée avec le GDS et le vétérinaire. Cette visite met en évidence que les bovins positifs, des génisses de 24 mois, ont séjourné, l’été dernier, sur un site distant de plusieurs kilomètres du siège de l’exploitation. L’enquête indiquera également que ce lot s’était échappé le temps d’une journée et que les voisins de pâture n’étaient pas tous indemnes IBR. Lors de la visite, un protocole est également établi pour que l’élevage puisse retrouver rapidement sa qualification. Ce protocole prévoit la vaccination des 10 bovins et leur commercialisation vers la Belgique dans un délai de deux mois. Par ailleurs, l’éleveur devra procéder à deux nouvelles prophylaxies IBR sur tous ses bovins de plus de 24 mois, espacées de trois mois minimum. Ce sera chose faite le 25 septembre et heureusement, tous les résultats sont négatifs.
L’élevage a retrouvé sa qualification au sacrifice d’un lot de génisses et de 2 recherches IBR. Un tel scénario n’est  pas toujours réalisable. En effet, bien souvent une circulation de l’herpès virus qu’est l’IBR touche la quasi-totalité des animaux. Dans ces cas-là, la vaccination de l’ensemble du cheptel est le seul moyen pour assainir. Elle peut durer sept à huit ans et être très handicapante notamment pour le commerce d’animaux d’élevage.                    
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
Publicité