Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Adeds
L’Adeds, interlocutrice privilégiée de 445 éleveurs

La plupart des quatre cent quarante cinq éleveurs de l’association sont engagés dans des démarches de qualité. Ils représentent environ 20% du cheptel du département.

Xavier Barat (à gauche) et Franck Hérault, respectivement directeur et président de l’Adeds.
Xavier Barat (à gauche) et Franck Hérault, respectivement directeur et président de l’Adeds.
© DR

Organisation de producteurs non commerciale, l’Adeds n’en subit pas moins les contrecoups du marché. « La situation de notre association s’est améliorée. Nous avions présenté un budget en équilibre et nous avons réussi à le tenir. Mais ceci reste précaire », affirmait le président, Franck Hérault, lors de l’assemblée générale la semaine dernière.

Quatre cent cinquante éleveurs de bovins et d’ovins adhèrent à l’association, soit 20 % du cheptel des Deux-Sèvres, selon le directeur Xavier Barat, chargé de veiller sur le principe de « la défense de la libre négociation entre acheteur et vendeur ». Cette règle veut que 75% de la production des éleveurs soient vendus auprès des cinquante entreprises du collège des acheteurs et 50% auprès de trois acheteurs de leur choix. 

 

Cinq cents prestations

Dans le cadre de sa reconnaissance comme organisation de producteurs, les équipes de l’Adeds ont réalisé plus de 500 prestations techniques ou technico-administratives. Il s’agit de 390 visites de qualification en élevage, de 87 suivis agronomiques, de plans d’épandage, de dossiers de constructions de bâtiments, d’assistances à des demandes de permis de construire. Cent trente-neuf exploitations (63 exploitations ovines et 76 exploitations bovines) ont bénéficié d’un appui technique, dans le cadre du CPER,  sur l’hygiène et le sanitaire, la segmentation et la qualité des produits, les épizooties et l’amélioration du travail. 

Quatre-vingt-neuf éleveurs adhèrent à la section ovine alors que leur nombre était de 98 en 2004. Ils détiennent 418 droits à prime en moyenne et ont vendu 35 000 agneaux principalement auprès des abatteurs de la région pour un prix moyen de 2,89 € par kilo vif. 54 éleveurs sont engagés dans la démarche Agneau du Poitou-Charentes, 9 dans la démarche le Diamandin, 16 dans la démarche Agneau de nos régions et 3 dans la démarche Agneau de Gâtine.  

En 2009, 356 éleveurs de bovins adhéraient à l’association (contre 486 en 2004). Ils détiennent 21 000 vaches allaitantes. 231 sont naisseurs-engraisseurs. 24 650 animaux ont été commercialisés. Le recul de 2009 pour les jeunes bovins est compensé par des sorties  plus importantes de vaches de réforme. Les prix constatés des femelles sont restés particulièrement bas. Les levées des interdictions d’exportations d’animaux vivants ont permis de relancer le commerce des broutards vers l’Italie. 90% des bovins sont commercialisés selon la charte des bonnes pratiques.

L’Adeds est déjà engagée dans la contractualisation qui devrait être précisée par la loi de modernisation. « J’espère que notre mode de fonctionnement nous permettra d’en faire bénéficier nos adhérents », expliquait Franck Hérault. L’association réalise déjà des prévisions d’offre, assure la traçabilité et donne les informations commerciales sur les prix qui la confortent dans cette perspective.               


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Grossiste, éleveur, restaurateur : ils se lancent dans l’ultralocal
Fin juin, les frères Giraud, éleveurs de Limousines et Charolaises, ont vendu une nouvelle vache au grossiste bressuirais…
Publicité