Aller au contenu principal

Entreprendre
Lætitia Olivet trouve le bien-être dans l’apiculture

A 33 ans, Lætitia Olivet se lance dans le parcours à l’installation. Début 2015, la jeune femme aimerait créer son exploitation. L’apiculture sera la première de ses productions.

« Dans quelques années mon père prendra sa retraite. Je n’exclus pas de reprendre ses terres », souligne Lætitia Olivet.
« Dans quelques années mon père prendra sa retraite. Je n’exclus pas de reprendre ses terres », souligne Lætitia Olivet.
© C. P.

Dans quelques jours Laetitia Olivet va entreprendre son PPP. Le plan de professionnalisation personnalisé sera la dernière étape d’une reconversion professionnelle engagée en 2011. La jeune aide soignante alors âgée de 30 ans ne trouve plus son compte dans son quotidien professionnel. « David, mon mari, m’a poussée à la réflexion. » La jeune salariée, épuisée, retrouvera dans ce projet de création d’entreprise naissant l’énergie nécessaire pour avancer. « Le grand-père de David avait 60 ruches qu’il conduisait avec passion. Depuis quelques années déjà nous voulions nous y intéresser mais le temps nous manquait. » La rupture conventionnelle signée par Lætitia allait lui offrir les heures, les journées, les mois nécessaires pour découvrir, apprécier, se former à la conduite des ruches. « La liberté d’entreprendre, le grand air, les abeilles et leur rôle essentiel dans le fonctionnement de la nature m’ont très vite séduite. » Pendant une saison, et pour tester sa motivation, Lætitia a suivi chaque jour pendant six mois, un apiculteur. « J’habite à Chey, Gérard Thoreau exploite à Limalonges. Il m’a initiée avec professionnalisme. A la tête d’une exploitation de 1000 ruches, il maîtrise son sujet », juge la future agricultrice. Séduite, en janvier 2013, elle ose un Bprea en production apicole à Venours. En septembre, c’est avec fierté qu’elle présente son diplôme à sa famille. Son mari, ses deux enfants, mais également ses parents, anciens agriculteurs, la soutiennent dans son projet. « J’aimerais concrétiser cette installation début 2015. D’ici là, avec David nous travaillons à l’augmentation du cheptel ». Partis de 60 ruches, les apiculteurs encore amateurs comptent aujourd’hui 120 colonies. « Il en faut 200 pour accéder aux aides à l’installation. Rapidement il faudra augmenter. » Cinq cents est un minimum pour réussir à dégager un revenu selon Lætitia. Grimper jusqu’à 1000 ruches n’est pas exclu, comprend-on rapidement. « Dans quelques années mon père prendra sa retraite. Je n’exclus pas de reprendre ses terres. » Alors, glisse-t-elle à demi-mot de peur de placer la charrue avant les bœufs, « David pourrait me rejoindre ». L’idée de porter un projet professionnel avec son mari la séduit. Un choix de vie dans la droite ligne de l’histoire familiale. Un clin d’œil adressé à sa mère partie il y a quelques mois.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Elections, Départementales, Deux-Sèvres, Coralie Denoues, juillet 2021
Trois tours nécessaires pour élire Coralie Denoues
La liste 100% Deux-Sèvres a obtenu une large majorité au second tour des élections dimanche 27 juin. Pour autant trois tours ont…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité