Aller au contenu principal

L'AGPB salue les bons rendements des céréales mais s'inquiète des cours

La moisson 2019 est une satisfaction pour la majorité des céréaliers en matière de rendements mais la baisse des cours les inquiète, eux qui ont déjà dû composer l'année dernière avec une faible rémunération.

© NC

Quand il commente le bilan de ces moissons 2019, le 20 août, Éric Thirouin prend la parole avec « un grand sourire ». En effet, avec un rendement de 76,1 q/ha, la production de blé tendre est en augmentation de 12 % par rapport à l'année dernière, indique le président de l'Association générale des producteurs de blé et autres céréales (AGPB). La récolte est estimée par Agreste à 38,2 millions de tonnes (Mt), « probablement un peu en deçà de la réalité », ajoute Éric Thirouin.

L'orge, qui a bénéficié d'un report suite aux difficultés d'implantation du colza, progresse de 19,8 %, avec un rendement de 69,7 q/ha. Si le blé dur a poursuivi sa baisse en surface (100 000 hectares de moins, - 17,7 %) après des années difficiles pour les producteurs, les rendements sont tout de même de 57,5 q/ha.

La qualité est également au rendez-vous, précise de son côté Philippe Heusèle, secrétaire général de l'AGPB. En blé tendre, « on a des blés lourds et bien secs, qui se conservent bien, se transportent bien, avec des taux de protéines satisfaisants malgré les bons rendements », soit de quoi satisfaire la grande majorité des clients français à l'export, explique-t-il. Il est à noter tout de même qu'en Auvergne, les récoltes sont catastrophiques à cause de la sécheresse ininterrompue depuis l'hiver. Dans le Sud-Est, les rendements sont par ailleurs très hétérogènes, allant de 20 à 70 q/ha.

Ces situations rappellent l'importance d'avoir une assurance climatique accessible aux agriculteurs. L'AGPB regrette que l'abaissement de la franchise à 20 % au lieu de 30 %, obtenue en 2018 dans le cadre du règlement européen omnibus, ne soit pas appliqué en France.
S'il s'agit là d'une moisson relativement exceptionnelle, les cours actuels, en chute depuis quelques semaines, inquiètent les représentants de l'AGPB. Car les bonnes récoltes ne sont pas une exception française, et la plupart des grandes zones céréalières, notamment la Mer Noire, ont aussi de grandes disponibilités qui font pression sur les cours mondiaux, même si la demande continue à croître. Les cours étaient ainsi, au moment de la conférence de presse, autour de 166 EUR (port de Rouen), ce qui ne laisse pas forcément présager de revenus meilleurs cette année pour les céréaliers, après une moyenne de 15 700 EUR annuels l'an dernier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité