Aller au contenu principal

L'agriculture est le premier employeur roumain

L'agriculture, avec ses 13 millions d'hectares de SAU dont 8,3 millions en terres arables et 4 à 5 % du PIB annuel, fournit une activité à 29 % de la population active. C'est également une réalité sociale douloureuse.

Même dans les grandes exploitations, beaucoup de tâches sont effectuées à la main.
Même dans les grandes exploitations, beaucoup de tâches sont effectuées à la main.
© J.D.

3,5 millions de personnes, soit près de 10 % de la population roumaine, vivent ou plutôt tentent de survivre en Roumanie sur une superficie inférieure à 5 hectares par exploitation. Dans ce pays, où les personnes les plus âgées bénéficient d'une retraite équivalente à quelques dizaines d'euros par mois, cette « agriculture de subsistance » vient seulement améliorer le sort d'une grande partie de la population rurale souvent laissée pour compte. Le taux de chômage est très bas, à moins de 6 %, dans un pays ou le salaire moyen est de l'ordre de 400 euros par mois. Au total, 29 % de la population du pays vit de l'agriculture.


À côté de cette agriculture de subsistance s'est développée une agriculture de type libérale et industrielle, dans la suite des grandes fermes d'État de l'époque communiste. Elles regroupent 13 000 exploitations qui exploitent en moyenne 207 ha, mais certaines dépassent les 3 000, 4 000, voire 10 000 hectares. Entre ces deux extrêmes, une agriculture plus familiale, de 5 à 100 hectares en moyenne, tente de trouver sa place, et se développe. Mais elle ne cultive que 21 % des superficies du pays. De plus, près d’un demi-siècle de communisme lui fait rejeter tout ce qui ressemble de près ou de loin à une structure collective.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 4 novembre 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
HVE : entre bio et conventionnel, la voie du milieu
Simple logo de plus ou réelle opportunité pour les agriculteurs, la Haute valeur environnementale (HVE) progresse dans le paysage…
La Caveb veut rester un acteur majeur de la viande rouge
Lors du point presse précédent son assemblée générale, le mercredi 30 septembre, la coopérative agricole de Châtillon-sur-Thouet…
Manifestation de Bassines non merci en opposition au projet de réserves des la Sèvre niortaise.
La transition agroécologique, l’enjeu des réserves de substitution
Partisans et opposants parlent de la nécessaire transition agro-écologique. Pour les premiers les réserves de substitutions sont…
Capr'inov, un salon à huis clos

Pas de public, pas d’exposant. C’est une édition spéciale de Capr’inov que l’équipe du salon de la chèvre est contrainte d’…

À 50 ans, la Corel affiche sa bonne santé commerciale
La coopérative d’élevage a tenu son assemblée générale le jeudi 24 septembre. Avec un nouveau directeur et un nouveau président,…
Publicité