Aller au contenu principal

L’agroforesterie soutenue par la région

Les agriculteurs ont jusqu’au 31 mai pour répondre à l’appel à projet lancé par le conseil régional Nouvelle-Aquitaine. Marc Defaye, céréalier bio en Dordogne, prépare son dossier.

Marc Defaye, ici avec l’animatrice de la zone Natura 2000 Pauline Gillaizeau, souhaiterait planter des arbres et installer des ruches sur sa parcelle.
Marc Defaye, ici avec l’animatrice de la zone Natura 2000 Pauline Gillaizeau, souhaiterait planter des arbres et installer des ruches sur sa parcelle.
© L.R.

Lorsque Pauline Gillaizeau a appris l’existence de l’appel à projet agroforesterie de la région Nouvelle-Aquitaine, elle a mis immédiatement en branle son réseau pour informer le plus d’agriculteurs possible. Il est vrai que l’animatrice de la zone Natura 2000 des Vallées de la Double, en Dordogne, voit bien tout l’intérêt que les exploitants peuvent tirer de ce genre d’opérations. À l’image de Marc Defaye, producteur de céréales en bio à Saint-Privat-des-Prés. « Ici, j’ai une parcelle exposée nord-sud, le sol est du limon-sableux, explique l’agriculteur. Du coup, elle se dégrade parce qu’il y a beaucoup d’érosion, en particulier parce qu’elle est en plein vent. » De plus, les peupliers qui la bordaient ont été coupés, l’exposant encore un peu plus.
Il y a quelque temps déjà que Marc Defaye songeait à se lancer dans l’agroforesterie, au moins pour cette parcelle. « Dès que j’ai eu connaissance de l’appel à projet régional, je l’ai appelé », révèle Pauline Gillaizeau. Ensemble, ils vont regarder ce qu’il y a à faire pour établir le projet. Il y a urgence puisque le dépôt des dossiers s’achève le 31 mai, le cachet de la poste faisant foi (*).

L’enveloppe budgétaire est estimée à 200 000 euros pour 2017. La subvention forfaitaire est de 8 euros par plant, à laquelle s’ajoute une subvention forfaitaire de 250 euros pour réaliser le diagnostic préalable au projet agroforestier. L’objectif de ces aides est de couvrir 50 % des frais engagés. Le montant plancher de la subvention est de 250 euros tandis que le montant plafond est fixé à 15 000 euros.
Conditions : les parcelles doivent être en Nouvelle-Aquitaine ; le projet concerne des terres non boisées et exploitées pendant deux ans consécutifs dans les cinq dernières années ; le projet doit comporter au moins 75 % d’essences forestières ; la densité d’arbres doit être comprise entre 30 et 100 arbres à l’hectare ; la surface minimale est fixée à un hectare d’un seul tenant ; il est obligatoire d’utiliser un paillage biodégradable.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Confinement ou pâturage, concertation ou carnage ?

"À l’heure où les défenseurs du bien-être animal et les écologistes demandent l’interdiction de l’élevage en intérieur, la…

L’agriculture victime de pirates informatiques
La chambre d'agriculture des Deux-Sèvres victime d'une cyberattaque qui touche plus largement la région Nouvelle-Aquitaine et…
S’installer… quand on est prêt
Tondeur de moutons, Alexandre Sarrazin a hésité à s’installer pendant plusieurs années avant de franchir le pas à l’âge de 31 ans…
Attestation permanente exploitant agricole
La Fnsea et JA 79 ont obtenu la validation de l’attestation permanente spéciale exploitant agricole par le préfet des Deux-Sèvres…
Pâtures & Papilles veut régaler les consommateurs
Quatre élevages du secteur de Parthenay planchent sur l’élaboration d’un nouveau label basé sur un engraissement 100% herbager.…
Les exploitants agricoles, piliers des sapeurs-pompiers volontaires
Parce qu’il doit assurer l’avenir, le service départemental d’incendie et de secours (Sdis 79) est à la recherche de volontaires…
Publicité