Aller au contenu principal

Lait: un réseau de fermes bio affiche son emprunte carbone sur ses yaourts

© Invitation à la ferme

«Invitation à la ferme, le premier yaourtier à afficher son empreinte carbone sur ses packs», annonce le 8 décembre le réseau de 41 fermes bio transformant leur lait à la ferme pour vendre ensuite yaourts ou fromages en circuit court et local. Pour calculer cette empreinte carbone, Invitation à la ferme à combiner deux outils. Tout d’abord, le bilan Cap’2Er de l’Institut de l’élevage permet d'évaluer les impacts environnementaux de la production de lait à l'échelle de chaque ferme. Ensuite, l’analyse de cycle de vie (ACV) permet de calculer l'impact environnemental de la transformation du lait jusqu'à la livraison des produits en magasin.

Les emballages affichent alors «-31% de carbone sur nos yaourts nature par rapport à un yaourt nature industriel», se félicite Invitation à la ferme. Le réseau revendique en effet une empreinte carbone de 1,65kg CO2 eq/kg de produit contre 2,41 pour un yaourt nature analysé grâce à l’outil Agribalyse. Leur analyse va même plus loin et prend en compte la compensation carbone c’est-à-dire le stockage de carbone possible grâce aux prairies, aux haies, etc. Cette donnée n’est pas encore intégrée par Agribalyse. Le yaourt nature se pare alors d’un laitcolo-score de 1,38kg CO2 eq/kg de produit.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

PCAE : 80 millions d’euros sur un an, du jamais vu
L’enveloppe de cette année permettra de financer plus du double des projets habituels, avec une sélection plus large que par le…
Gâtine, Deux-Sèvres, qualité des eaux, prairie, élevage
Pour la qualité de l’eau, la société a besoin de l’élevage
Communication, mais également expérimentations : les syndicats des eaux et le Pays de Gâtine s’engagent pour maintenir l’élevage…
Le cuir, une histoire de famille
Rebecca Larapidie a créé Abak’art, sa marque de maroquinerie, pour laquelle elle utilise exclusivement les peaux de bovins élevés…
La mort du bovin viande

Une nouvelle Pac se profile !

Le ministère propose une remise en cause du montant de l’enveloppe dédiée à la…

Un concours réussi et une belle dynamique au marché ovin de Parthenay
Le concours annuel des agneaux a donné lieu à une belle présentation, de l’avis des organisateurs. Au marché au cadran, la…
Renard, Dégâts aux cultures, Esod
La fédération des chasseurs et la Chambre d'agriculture invitent à déclarer les dégâts
Pour qu’elle puisse être régulée toute l’année, une espèce doit être inscrite dans la liste des espèces susceptibles d’…
Publicité