Aller au contenu principal

L’ambroisie, ennemie publique numéro 1

Depuis juin 2019, un arrêté préfectoral organise la lutte contre l’ambroisie en Deux-Sèvres face à la prolifération de cette plante fortement allergisante. Très présente dans le sud du département, elle est synonyme de pertes de rendements de cultures.

© DR

Si c’est bien le risque sanitaire qui a motivé les pouvoirs publics à s’en préoccuper – le pollen d’ambroisie compte parmi les plus allergisants –, l’ambroisie mobilise de plus en plus le secteur agricole, dont les cultures sont mises à mal par cette plante très concurrentielle. Se retrouvant avec des cas de remorques de grains à refuser, ou avec des agriculteurs contraints de broyer leurs champs, les coopératives et négoces ont commencé à réagir, à l’instar de Néolis, qui organisait, le 24 septembre, une rencontre sur le sujet réunissant élus, agriculteurs, la Fredon et la chambre d’agriculture 79. « Les contrôles vont être de plus en plus drastiques, annonce Aude Liessi-Fortin, conseillère agronomique chez le négoce. La graine se reconnaît dès le tri visuel, les collectes sont de plus en plus impactées, surtout aux alentours de Sauzé-Vaussais et Lezay ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité