Aller au contenu principal
Font Size

Interview
L’analyse de sang : un outil d’aide à la décision

Philippe Nicollet, directeur du domaine santé animal au Laboratoire d’analyses Sèvres Atlantique (Lasat) à Champdeniers.

Les contrôles sanguins lors de l’introduction d’un ou plusieurs bovins dans un troupeau. Ils permettent de garantir le statut sanitaire en quelques jours.
Les contrôles sanguins lors de l’introduction d’un ou plusieurs bovins dans un troupeau. Ils permettent de garantir le statut sanitaire en quelques jours.
© Stéphane Leitenberger

L’analyse sanguine est un outil d’aide à la décision pour les éleveurs. N’y a-t-il pas une limite économique à l’utilisation de cette technique ?
Si l’on entend par limite économique le rapport coût/bénéfice, compte tenu de la valeur des animaux ou du coût d’un traitement, le rapport est presque systématiquement favorable à l’analyse.


Quels sont les domaines dans lesquels la technique est incontournable ?
Les analyses de groupe : prophylaxie, certification de cheptels (qualification indemne). Mais également les contrôles sanguins lors de l’introduction d’un ou plusieurs bovins dans un troupeau. Ils permettent de garantir le statut sanitaire en quelques jours. Une étape nécessaire pour protéger le cheptel souche.



Ces dernières années, l’analyse de sang répond également aux besoins de la sélection génétique. Y a-t-il d’autres nouveautés utiles aux exploitants ?
De nombreux tests sanguins existent dans le diagnostic d’infections virales ou bactériennes. D’autres aident à la conduite de l’élevage : diagnostic de gestation, dosage des immunoglobulines pour évaluer la protection des veaux à la naissance, sensibilité génétique des ovins à la tremblante ovine, évaluation du statut parasitaire (strongles, douves) sur le sang ou le lait de tank. Le champ d’application est très large.



Qu’en est-il de la fiabilité des analyses de sang compte tenu des conséquences qui en découlent sur les mouvements d’animaux ?Aucune analyse de routine n’est fiable à 100%. La performance technique des tests (sensibilité et spécificité) ainsi que les conditions de réalisation des prélèvements présentent des limites. Globalement, les tests proposés aux éleveurs font l’objet de validations poussées avant leur mise sur le marché. De plus, les laboratoires agréés par le ministère de l’Agriculture pour la réalisation de tests officiels sont accrédités par le Comité français d’accréditation (Cofrac) qui certifie les bonnes pratiques, régulièrement contrôlées lors d’audits externes.



La mise en évidence des carences en oligo-éléments dans les exploitations bovines est-elle utile techniquement et économiquement pour orienter l’alimentation ?
Les oligo-éléments sont incontournables. Ils interviennent dans de nombreux phénomènes biologiques perturbés en cas de carence (lire ci-dessous). Economiquement, un bilan en oligo-éléments sur quelques animaux coûte environ une centaine d’euros. C’est beaucoup, mais peu également au regard d’un GMQ abaissé ou d’une perte de production laitière.



Schmallenberg sévit. Comment les analyses de sang peuvent être utiles à l’élaboration de nouveaux vaccins ?
A ce jour, nous ne savons pas grand-chose de cette nouvelle maladie virale. Il n’existe pas de test sérologique pour détecter la maladie, pas plus que de vaccin pour s’en protéger. On est donc encore loin de mettre en place des analyses régulières de sentinelles, comme en FCO par exemple.

Lire la suite en pages 10 et 11 d'Agri79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
Publicité