Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

L’Angélique, marquise des anges

de chaque département de la Nouvelle-Aquitaine. Aujourd’hui, l’Angélique de Niort.

Bâton confit, chocolat, liqueur, confiture, sirop, compote, huile essentielle, thé, tisane, feuille fraîche, graines ou encore graines moulues, autant de diversité dans les produits.
Bâton confit, chocolat, liqueur, confiture, sirop, compote, huile essentielle, thé, tisane, feuille fraîche, graines ou encore graines moulues, autant de diversité dans les produits.
© La popote de manue

Depuis le Moyen-Âge, l’Angélique, surnommée l’herbe des anges, est l’objet de nombreux fantasmes. Originaire d’Europe du nord, elle aurait été introduite dans la région, probablement par des membres du clergé, au XIIe siècle, et cultivée pour ses vertus médicinales. Production mineure et confidentielle, à l’ombre des clôtures monacales, l’Angélique est utilisée comme rempart de la peste qui décime le tiers de la population de Niort dans les premières années du XVIIe siècle. Suspendue au cou, elle aurait protégé les Niortais et acquiert à cet instant une réputation quasi mystique.
Olivier de Serres, le père de l’agronomie, affirme d’ailleurs dans son traité « Le théâtre d’agriculture » que le nom de l’Angélique lui a été donné « à cause de cette vertu qu’elle a contre les venins ». On la veut tonique, stomachique, sudorifique, expectorante, carminative et dépurative, rien que ça.
C’est vers le XVIIIe-XIXe siècle que le produit trouve sa place dans l’alimentation, avec notamment l’Angélique confite. Alexandre Dumas, dans son « Dictionnaire de cuisine » paru en 1837, affirme que « la meilleure Angélique se fabrique à Niort ». Produit de luxe suite à la raréfaction des importations de sucre, une Angélique confite sous la forme d’un aigle sculpté est ainsi offerte au passage de Napoléon III dans la ville deux-sévrienne en 1852.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Grossiste, éleveur, restaurateur : ils se lancent dans l’ultralocal
Fin juin, les frères Giraud, éleveurs de Limousines et Charolaises, ont vendu une nouvelle vache au grossiste bressuirais…
Publicité