Aller au contenu principal

L’apport d’effluents d’élevage produits par une autre exploitation

© CA 79

Les agriculteurs qui épandent sur leurs parcelles des effluents d'élevage sont soumis aux règles de la Directive nitrates, qu'ils soient produits sur l'exploitation ou dans une autre entreprise. Si les parcelles sont situées en zone vulnérable, ce qui est le cas pour l'ensemble du département des Deux-Sèvres, les apports doivent être notés dans le cahier d'enregistrement.

Un bordereau signé des deux parties

Il faut aussi pouvoir justifier de la provenance et de la composition de ces effluents. Pour cela, il faut disposer d'un bordereau co-signé de l'exploitation productrice et de l'exploitation receveuse. Ce bordereau doit être établi au plus tard à la fin du chantier d'épandage et doit être conservé avec le cahier d'enregistrement, avec un exemplaire pour chacun des exploitants. Le fournisseur de l'effluent doit obligatoirement indiquer sur le bordereau le contenu en azote et le type de fertilisant.

Stockage au champ

Si les parcelles sont situées en zone vulnérable, le stockage au champ des effluents d'élevage est réglementé par la Directive nitrates. Le stockage au champ est autorisé uniquement pour :

- les fumiers compacts non susceptibles d'écoulement (fumier d'herbivores, de lapins ou de porcins, avec paille ou sciure, ayant subi un stockage d'au moins deux mois sous les animaux ou sur une fumière et ne présentant pas de risque d'écoulement) ;

- les fumiers de volailles non susceptibles d'écoulement ;

- les fientes de volailles à plus de 65 % de matière sèche.

Stockage inférieur à 9 mois

Le dépôt doit être fait sur l'îlot cultural qui va recevoir l'effluent et le volume stocké doit être adapté à la fertilisation de l'îlot. Le tas ne doit pas être mis sur des zones où l'épandage est interdit ainsi que dans les zones inondables et les zones d'infiltration préférentielle. La durée de stockage doit être inférieure à 9 mois, avec 3 ans de délai avant le retour sur un même emplacement. Les dates de dépôt et de reprise doivent être indiquées dans le cahier d'enregistrement. Le tas ne doit pas être présent au champ du 15 novembre au 15 janvier (sauf dépôt sur prairie ou sur 10 cm de matériau absorbant de rapport C/N > 25 comme la paille ; ou en cas de couverture du tas).

Pour des dépôts supérieurs à dix jours, quelques règles supplémentaires s'appliquent, comme la mise en tas conique pour les fumiers de volailles ou couvert pour les fientes de plus de 65 % de MS. Pour des fumiers compacts, les tas seront stockés sur prairie, Cipan développées ou cultures de plus de deux mois, ou sur 10 cm de matériaux absorbants et en cordon de 2,5 m de haut.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Étang de Beaurepaire : la digue fermée à la circulation complique le quotidien
La fermeture de la route qui traverse l’étang de Beaurepaire oblige à faire un détour de 10 kilomètres. Les fonds pour mener les…
Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
À la découverte de la petite Toscane argentonnaise
Loin de la plaine du sud, à équidistance de Bressuire et de Thouars, le village d’Argenton-les-Vallées se tient entre deux rives…
Publicité