Aller au contenu principal

L'Assemblée nationale valide le retour controversé des néonicotinoïdes

© Institut Technique de la Betterave

Les députés ont donné le 6 octobre leur feu vert à la réintroduction temporaire des néonicotinoïdes afin de soutenir la filière betteraves, malgré l'opposition des défenseurs de l'environnement. L'Assemblée nationale a adopté le projet de loi, lors d'un vote solennel par 313 voix pour et 158 contre, marqué par un record de contestataires LREM (32 députés contre 36 abstenus).

Ce texte est «une réponse pragmatique à la situation catastrophique» de la filière, a défendu Jean-Baptiste Moreau (LREM). Et de souligner l’encadrement des dérogations, limitées notamment au seul enrobage des semences pour trois ans maximum. Julien Dive (LR) a estimé que le projet de loi n’est «pas un blanc-seing mais une dernière chance pour la filière». À ses yeux, «opposer l’économie et l’écologie n’a aucun sens». Delphine Batho (EDS) a elle réfuté le «spectre d’une pénurie de sucre»: «La vraie pénurie qui menace notre souveraineté et notre sécurité alimentaire est celle d’une pénurie de pollinisateurs et d’insectes». Pour Mathilde Panot (LFI), «cette loi est un empoisonnement volontaire». Dominique Potier (Socialistes) a lui défendu un plan «B comme betterave», autour notamment d’une indemnisation de 100% des pertes dans la filière.

Le conseil de surveillance renforcé

Les députés ont adopté plusieurs amendements qui renforcent le conseil de surveillance pour encadrer les dérogations. Les arrêtés de dérogation seront conjoints, outre des ministres de l’Agriculture et de l’Environnement, aussi de la Santé, d’après un amendement qui a reçu un avis défavorable du rapporteur et de sagesse de Julien Denormandie. Ils seront soumis à l’avis du conseil de surveillance, selon un amendement du rapporteur. Dans ce conseil de surveillance, l’Opecst (Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques) et l’Itsap (Institut technique et scientifique de l’apiculture et de la pollinisation) seront représentés, ont voulu les députés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Confinement ou pâturage, concertation ou carnage ?

"À l’heure où les défenseurs du bien-être animal et les écologistes demandent l’interdiction de l’élevage en intérieur, la…

S’installer… quand on est prêt
Tondeur de moutons, Alexandre Sarrazin a hésité à s’installer pendant plusieurs années avant de franchir le pas à l’âge de 31 ans…
L’agriculture victime de pirates informatiques
La chambre d'agriculture des Deux-Sèvres victime d'une cyberattaque qui touche plus largement la région Nouvelle-Aquitaine et…
Attestation permanente exploitant agricole
La Fnsea et JA 79 ont obtenu la validation de l’attestation permanente spéciale exploitant agricole par le préfet des Deux-Sèvres…
Pâtures & Papilles veut régaler les consommateurs
Quatre élevages du secteur de Parthenay planchent sur l’élaboration d’un nouveau label basé sur un engraissement 100% herbager.…
Les exploitants agricoles, piliers des sapeurs-pompiers volontaires
Parce qu’il doit assurer l’avenir, le service départemental d’incendie et de secours (Sdis 79) est à la recherche de volontaires…
Publicité