Aller au contenu principal

À l’attaque des limaces

Avril, qui annonce l’imminence des semis de printemps, est aussi une période de développement des populations de limaces. Le bon usage des armes de protection des cultures est essentiel.

Pour être efficace, le piège à limaces présenté par Éric Baraton, doit répondre à plusieurs critères : conserver l’humidité et isoler des écarts de températures notamment.
Pour être efficace, le piège à limaces présenté par Éric Baraton, doit répondre à plusieurs critères : conserver l’humidité et isoler des écarts de températures notamment.
© Ronan Lombard

Quand les semoirs seront dans les champs pour l’implantation des cultures de printemps, il y a un risque conséquent que les limaces y soient aussi. Vendredi 1er avril, à Vouillé, la chambre d’agriculture organisait une demi-journée consacrée au gastéropode nocturne qui pourrait presque empêcher les cultivateurs de dormir, au vu des dommages importants qu’il est capable de causer et ce à des stades très précoces du cycle de culture. Dans les cas extrêmes, cela peut imposer un re-semis, et, plus couramment, au moins un surcoût lié au recours à un traitement chimique.
À l’égard de la qualité de l’eau notamment, un des enjeux collectifs est de réduire l’usage et les impacts des produits phytosanitaires. Par la même occasion, il est essentiel en vue « de conserver des solutions de traitement efficaces pour protéger les cultures contre les limaces », rappellent les intervenants, dont Éric Baraton, conseiller productions végétales de la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres.


Gestion de la lutte à l’échelle de la parcelle
Il ressort que la limace reste un ravageur mystérieux dont il est parfois compliqué de prédire le développement et les dégâts. Néanmoins, une connaissance fine de sa parcelle et de son historique (cultural, dont les intercultures et des précédentes attaques de limaces) permet de déterminer une probabilité du risque d’attaque. Cette année, il n’y a aucun espoir que le froid hivernal ait décimé les populations, et encore moins les stocks d’œufs. Ce sont aussi et surtout les deux derniers étés qui ont favorisé les limaces car avec beaucoup d’humidité, ils n’ont pas permis aux agriculteurs de pratiquer des déchaumages efficaces contre l’animal. En effet, avec un déchaumage qui les expose à une forte chaleur, les adultes sont desséchés en moins de 24 heures. Pour les œufs, c’est encore plus rapide. L’idéal, dans cette stratégie, est un premier passage juste après la récolte, « pour ne pas leur laisser le temps de redescendre dans le sol », précise le conseiller.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 8 avril 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Les JA mettent en scène la comédie amère des prix agricoles
Répondant à un appel national à manifester, les JA et la Fnsea 79 ont organisé une remise des prix décalée à l’intention des GMS…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Restaurateurs et éleveurs réunis autour de mêmes valeurs
La société Dénoues a créé une marque pour restaurer le lien entre amoureux de bonne viande. L’idée ? Que l’éleveur sache où part…
Publicité