Aller au contenu principal

À l’attaque des limaces

Avril, qui annonce l’imminence des semis de printemps, est aussi une période de développement des populations de limaces. Le bon usage des armes de protection des cultures est essentiel.

Pour être efficace, le piège à limaces présenté par Éric Baraton, doit répondre à plusieurs critères : conserver l’humidité et isoler des écarts de températures notamment.
Pour être efficace, le piège à limaces présenté par Éric Baraton, doit répondre à plusieurs critères : conserver l’humidité et isoler des écarts de températures notamment.
© Ronan Lombard

Quand les semoirs seront dans les champs pour l’implantation des cultures de printemps, il y a un risque conséquent que les limaces y soient aussi. Vendredi 1er avril, à Vouillé, la chambre d’agriculture organisait une demi-journée consacrée au gastéropode nocturne qui pourrait presque empêcher les cultivateurs de dormir, au vu des dommages importants qu’il est capable de causer et ce à des stades très précoces du cycle de culture. Dans les cas extrêmes, cela peut imposer un re-semis, et, plus couramment, au moins un surcoût lié au recours à un traitement chimique.
À l’égard de la qualité de l’eau notamment, un des enjeux collectifs est de réduire l’usage et les impacts des produits phytosanitaires. Par la même occasion, il est essentiel en vue « de conserver des solutions de traitement efficaces pour protéger les cultures contre les limaces », rappellent les intervenants, dont Éric Baraton, conseiller productions végétales de la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres.


Gestion de la lutte à l’échelle de la parcelle
Il ressort que la limace reste un ravageur mystérieux dont il est parfois compliqué de prédire le développement et les dégâts. Néanmoins, une connaissance fine de sa parcelle et de son historique (cultural, dont les intercultures et des précédentes attaques de limaces) permet de déterminer une probabilité du risque d’attaque. Cette année, il n’y a aucun espoir que le froid hivernal ait décimé les populations, et encore moins les stocks d’œufs. Ce sont aussi et surtout les deux derniers étés qui ont favorisé les limaces car avec beaucoup d’humidité, ils n’ont pas permis aux agriculteurs de pratiquer des déchaumages efficaces contre l’animal. En effet, avec un déchaumage qui les expose à une forte chaleur, les adultes sont desséchés en moins de 24 heures. Pour les œufs, c’est encore plus rapide. L’idéal, dans cette stratégie, est un premier passage juste après la récolte, « pour ne pas leur laisser le temps de redescendre dans le sol », précise le conseiller.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 8 avril 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Étang de Beaurepaire : la digue fermée à la circulation complique le quotidien
La fermeture de la route qui traverse l’étang de Beaurepaire oblige à faire un détour de 10 kilomètres. Les fonds pour mener les…
Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
À la découverte de la petite Toscane argentonnaise
Loin de la plaine du sud, à équidistance de Bressuire et de Thouars, le village d’Argenton-les-Vallées se tient entre deux rives…
Publicité