Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Analyse
A l'aube d'un nouveau monde agricole ?

Envolée du prix des terres agricoles, tendance haussière sur dix années du prix des matières premières. Pour Jacques Mathé, économiste et directeur adjoint du CER, l’agriculture va connaître une nouvelle époque.

Jacques Mathé, économiste et directeur adjoint du CER.
Jacques Mathé, économiste et directeur adjoint du CER.
© DR
Il y a eu un avant 2007. Jacques Mathé, économiste au CER dessinait, mardi 8 janvier, les contours de l’après. « Une tendance haussière du prix des matières premières agricoles sur les dix prochaines années. Une envolée du prix du foncier agricole. La fin du modèle sur lequel les exploitations voient le jour : travail, famille, capital ».
Données économiques à l’appui, le conférencier théorise sur la flambée des prix du foncier agricole. « Le choc » de la décennie à venir pronostique l’expert. Ces dernières années l’augmentation de la demande mondiale a grignoté le potentiel de terres arables. « Nous exploitons ce qui peut l’être », affirme l’observateur. La concurrence entre l’activité agricole et le développement urbain, l’envolée du prix des céréales, tirent à la hausse le prix de l’hectare. « Aux États-Unis, 20 % des placements effectués par les fonds de pensions concernent aujourd’hui le foncier agricole. Il y a là une modification profonde des pratiques ». D’ici à dix ans le prix à l’hectare pourrait atteindre « 10 000, 20 000, 30 000 euros», évalue-t-il. Rien de plus que la moyenne de ventes enregistrées aujourd’hui au Danemark.  
Multiplié par 5, 10, et peut-être 15, le prix du foncier agricole va modifier en profondeur le modèle traditionnel selon lequel les exploitations voient le jour, affirme le spécialiste. Aujourd’hui déjà, 900 000 euros sont nécessaires pour commencer à travailler sur une exploitation laitière, cadre l’intervenant. « L’agriculture suit désormais la logique des industries lourdes », constate-il convaincu que nous vivons les premiers instants de cette nouvelle ère. Un nouveau monde agricole, la cellule de veille économique du CER en fait le pari, va se construire.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un entrepreneur français lance une «agence internationale de notation des sols»

L'entrepreneur Quentin Sannié, co-fondateur de Devialet (start-up hi-fi) a annoncé, dans un communiqué le 5 juin, le lancement…

Le département passe à l’acte 2 de son plan de relance
Après un premier plan d’aides annoncé le 21 avril dernier, le Conseil départemental en a entamé un deuxième, doté d’un budget…
Grégory Nivelle, nouveau président de la Fnsea 79 : « Les agriculteurs n’imposent pas un modèle, ils répondent à des attentes »
Mardi 9 juin, la nouvelle équipe de la FNSEA 79 a élu Grégory Nivelle président. L’éleveur laitier du sud Deux-Sèvres succède à l…
Quand l’installation tient à un permis de construire
Au Gaec Lactagri, à Aiffres, la relève est presque assurée : deux porteurs de projet sont dans l’attente de la construction d’un…
Guillaume Largeaud, attaché au Marais... et à faire bouger les lignes
Son passage à Top Chef Les grands duels, le 10 juin, nous a laissé sur notre faim. Portrait d’un éleveur convaincu que la…
Les Marchés de Producteurs de Pays maintenus 

La chambre d’agriculture a souhaité maintenir les Marchés de Producteurs de Pays de l’été pour compenser le manque à gagner…

Publicité