Aller au contenu principal

FNO
L’avenir de la filière ovine passera par les installations hors cadre familial

Une nouvelle approche de l’élevage ovin et un avenir qui passe par des installations hors cadre familial étaient au menu de l’assemblée régionale de la Fédération nationale ovine (FNO).

Jérôme Ellion a accueilli l’assemblée régionale de la FNO sur son exploitation.
Jérôme Ellion a accueilli l’assemblée régionale de la FNO sur son exploitation.
© DR

L’assemblée régionale de la FNO s’est tenue à Saulgé mardi dernier. A cette occasion, Caroline Martin a été reconduite dans ses fonctions d’administratrice de la FNO. L’avenir de la filière est au cœur des préoccupations. « Aujourd’hui, le contexte économique a changé. Le rééquilibrage de la Pac offre quelques perspectives. » La reconquête ovine était à l’honneur. Les deux sites web (*) de promotion de l’élevage ovin permettent de télécharger un guide de parrainage, un guide d’installation, des contacts… « Il ne faut pas que la filière ovine soit oubliée lorsque les jeunes veulent faire leur stage. » Patrick Soury, président de la section ovine de la Fnsea Poitou-Charentes, veut mettre l’accent sur les installations hors cadre familial. « On aura besoin de ce type d’exploitation dans l’avenir. » L’exploitation de Jérôme Ellion illustre bien ces propos. Installé à Saulgé, hors cadre familial, en 2003 à tout juste 21 ans, il gère aujourd’hui un cheptel de 620 brebis sur 107 hectares de surfaces enherbées (et 19 ha de céréales autoconsommées). L’ancien exploitant avait bien préparé la transmission en augmentant le troupeau et en investissant sur la ferme. Après quelques années aux commandes, Jérôme Ellion ne regrette pas son choix. Il s’étonne même de sa réussite en Label rouge. Il a d’ailleurs obtenu un second prix au dernier salon de l’agriculture.


(*) www.reconquete-ovine.frwww.demainjeseraipaysan.com

Sodem et Covimo se rapprochent


Le 31 mars, Sodem et Covimo ont signé un accord rapprochant les deux entreprises. La nouvelle société, Sodem-Covimo devient ainsi l’un des principaux leaders français de l’abattage ovin. Le bassin d’approvisionnement va du centre, à l’est et au sud de la France. L’abattage va se poursuivre sur les deux sites : le Vigeant et Montmorillon. L’enjeu de ce rapprochement est avant tout les perspectives de la filière régionale. Il permet de proposer des volumes adaptés aux distributeurs et grossistes. Sodem-Covimo continuera à commercialiser sa gamme avec les marques des deux entreprises ainsi que les marques collectives et labels déjà existants. Les coopératives actionnaires de la Sodem conservent les liens privilégiés d’apporteurs, confortés par les fournisseurs de Covimo.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité