Aller au contenu principal

JA
L’avenir de l’agriculture repose sur la capacité à transmettre les exploitations

La transmission des exploitations est un enjeu crucial en agriculture. Le renouvellement des générations d’agriculteurs et donc l’avenir économique des territoires ruraux en dépendent.

La pression foncière est l’un des freins à la transmission des exploitations. JA propose de militer en faveur de la revalorisation des retraites pour tenter de maîtriser la flambée du foncier.
La pression foncière est l’un des freins à la transmission des exploitations. JA propose de militer en faveur de la revalorisation des retraites pour tenter de maîtriser la flambée du foncier.
© C. P.

«Au Canada lorsqu’une personne entreprend, elle dit, je prends une chance. En France, elle dit, je prends un risque », commente Yves Dionis du Séjour, formateur à l’Ifocap. L’approche est fondamentalement différente. Si l’on ajoute à ce poids culturel les risques agricoles liés à la météo et à la santé des animaux, les freins exprimés par les agriculteurs cédant leur exploitation sont nombreux. Philippe Courtin dont le frère et associé va prendre sa retraite, en témoignait jeudi 24 février lors de la table ronde organisée par Jeunes Agriculteurs. « En 1983, la mise en place des quotas laitiers était une étape difficile pour les éleveurs. En 1992, la politique agricole commune nous a inquiétés. Mais aujourd’hui, ce qui est abominable, c’est de ne pas savoir ce que l’on va devenir, nous, agriculteurs, sans les mécanismes de régulation des marchés. » Malgré son souhait de voir quelqu’un reprendre les parts de son frère, malgré la qualité de l’outil qu’il propose à la reprise, Philippe a bien du mal à voir les choses sous un angle positif. C’est vrai pour lui, mais également pour un grand nombre de futurs retraités dont le pessimisme peut décourager. Aujourd’hui, cette réalité menace. « En Deux-Sèvres deux tiers des agriculteurs âgés de plus de 50 ans n’ont pas de repreneurs », exposait Eric Ferré, animateur de la table ronde baptisée « Pour une transmission réussie, quelles solutions ? »  L’enjeu du renouvellement des générations d’agriculteurs est pourtant ici. Les créations d’activité pure sont très rares en agriculture. Un jeune s’installe en rachetant une ferme existante. « Il faut changer les discours, appelle Steve Gentil, représentant de JA 79, et laisser les porteurs de projets s’exprimer. »

Lire la suite en page 3 d'Agri79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Petites villes de demain : le programme pour relancer les communes rurales

Dans les Deux-Sèvres, 18 communes ont été retenues pour bénéficier du programme « Petites villes de demain ». Les EPCI de l’…

Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Réserves de substitution, Sèvres Niortaise
Les agriculteurs s'engagent collectivement à réduire de 50% les produits phytosanitaires à horizon 2025
Deux ans jour pour jour après la signature du protocole d'accord, la commission d'évaluation et de surveillance, en charge du…
Publicité