Aller au contenu principal

Arrivé
LDC dame le pion à la coopération

Le leader de la volaille est entré en négociation exclusive avec Arrivé, numéro quatre du secteur. LDC distance ainsi le groupe coopératif Terrena. Une réalité diversement appréciée.

Fin avril, LDC et Arrivé entraient en négociation exclusive. Le numéro quatre du secteur de la volaille se promet au leader. Jacques Arrivé, le PDG des établissements Arrivé « pense avoir fait le bon choix. Nos cultures, nos valeurs sont très proches. LDC est un groupe solide qui a élaboré des méthodes à succès et qui a une bonne croissance externe ». 

Il y a quelques jours encore, Terrena tenait une bonne place dans la liste des courtisans. Fin avril, le groupe coopératif était éconduit par l’entreprise familiale vendéenne, lui préférant sa concurrente privée. Un « échec » qui crée des remous dans le monde de la coopération. « Le dossier Arrivé était une occasion unique pour la coopération de réussir, en fédérant plusieurs entités, la restructuration, dans nos territoires, d’une filière volaille pérenne, de qualité et pilotée par les producteurs. Les coopératives et le monde agricole sortent globalement perdants de ce dossier où il apparaît que les opportunités financières de court terme l’ont emporté sur la structuration de l’avenir », juge Jean-Marie Gabillaud, président de Coop de France Ouest. 

Défendre l’intérêt des éleveurs

Si les négociations aboutissent, c’est la force d’une entreprise comptant 2 835 collaborateurs, développant un chiffre d’affaires de 561 millions d’euros sur 11 sites de production, qui renforcera le numéro 1 qu’est LDC, groupe privé de la volaille. L’occasion d’associer les trois grandes marques que sont Maître Coq , propriété d’Arrivé, et Loué et Le Gaulois, propriétés de l’acquéreur. 

Pour la Coopérative interdépartementale des aviculteurs du bocage (CIAB) - actionnaire à hauteur de 28 % de la société Arrivé – le choix de LDC est «  le choix de la sécurité », qualifie Patrick Bouron, le président. Appelés à se positionner, les éleveurs siégeant au conseil d’administration de la CIAB ont, à l’unanimité, soutenu la famille Arrivé dans son choix parmi les repreneurs potentiels. Un appui qui tiendrait du climat de confiance dans lequel évoluent depuis 34 ans les éleveurs adhérents à la coopérative et l’industriel. « Ce que je peux vous dire, confie Patrick Bouron, c’est que nous allons retirer assez de cette vente pour permettre à la CIAB la mise en œuvre de ses projets. Parce que nous avons d’autres ambitions. Et notamment, celles de renforcer notre action de coopérative d’élevage en développant des outils adaptés. Notre priorité restera la défense de l’intérêt des producteurs ». Sur ce point, Joël Limouzin, président de la FDSEA de Vendée, également président de la FRSEA des Pays de la Loire, rejoint son confrère. L’élu professionnel aurait préféré que le vent tourne en faveur de Terrena. Certes, mais « il prend acte du choix », pour un groupe dont il reconnaît « la performance ». « Maintenant, il va falloir composer pour que l’intérêt des éleveurs et des salariés soit préservé. Ce qui m’importe, c’est l’avenir des producteurs. Le syndicalisme jouera ici, son rôle »,  prévient-il.  

 


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité