Aller au contenu principal

Cahier des charges
Le beurre AOP charentes-poitou en vaut-il la chandelle ?

Le cahier des charges du beurre Charentes-Poitou évolue vers plus de contraintes après 42 ans d’une charte (très) légère. En rapprochant son système de production des standards de l’AOP, la région l’espère : le grand écart sera payant.

Les éleveurs, comme ici Julien Vivier, craignent une trop faible valorisation du lait par rapport aux investissements réclamés dans la conduite des troupeaux. « Les surcoûts et les pertes de production doivent être compensés », indique-t-il.
© MG

Des parcelles de vignes désolées et des millions d’hectares de pieds arrachés. Catastrophe de la fin du XIXe siècle, les ravages du puceron Phylloxera ont décidé du destin agricole des Charentes, du Poitou et de la Vendée. Ils ont donné naissance à la coopération agricole et ont produit un fleuron de la gastronomie française, le beurre, qui voyagera en train jusqu’à Paris et s’envolera vers les plus prestigieuses tables du monde.

Cette histoire séculaire, couronnée par l’Appellation d’origine contrôlée en 1979, est aujourd’hui l’héritage de 1 500 exploitations laitières et de cinq usines. Avec la nouvelle version de son cahier des charges, homologuée par l’arrêté du 5 novembre 2020, la zone laitière Charentes-Poitou vit probablement sa mutation la plus importante depuis la crise du Phylloxera.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

300 personnes pour le premier dîner fermier à La Crèche

La chambre d’agriculture des Deux-Sèvres a lancé…

Petit moulin cherche meunier pour se réveiller
Depuis les années 80, la famille Boiron fait tourner la minoterie éponyme, en plein cœur de La Crèche. Inscrite dans la tradition…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Reprendre une ferme pas à pas
Pierre Guetté s’est installé en plusieurs étapes, avec un premier atelier volailles en charge, avant de reprendre l’atelier bovin…
Stockage de l'eau : les uns avancent, les autres demandent à rejouer la partie
La radicalisation des opposants aux projets de stockage de l’eau laisse peu d’espoir que naissent des compromis. Le 6 novembre, à…
Plein phare sur le robot d’alimentation au Chêne blanc
Au programme de cette première journée du salon Capr’Inov, rendez-vous à Pougne-Hérisson pour visiter la SCEA du Chêne Blanc, qui…
Publicité